13 octobre 2014

Intégrale Spider-Man 1982

Sortie ce mois d'un nouveau volume de Spider-Man - L'intégrale qui concerne l'année 1982.

Le Tisseur "old school" du début des années 80 revient avec cette publication reprenant douze épisodes de Amazing Spider-Man plus un annual.
C'est essentiellement Roger Stern qui s'occupe du scénario alors que John Romita Jr officie aux crayons. L'on peut signaler également un épisode "bouche-trou" réalisé par Jan Strnad et Rick Leonardi.
Voyons tout de suite les évènements marquants de 1982...

On commence par une confrontation avec le Vautour. Ce dernier végétait à l'hôpital et suivait des séances de kinésithérapie quand, finalement, il s'aperçoit qu'il a encore de la ressource et décide de montrer qu'il n'est pas si vieux que ça en réalisant une série de braquages. Classique mais une bonne intro tout de même.
La suite n'est pas toujours brillante, Spidey affrontant une série de seconds couteaux peu charismatiques, comme Foolkiller (qui s'est donné la noble mission de flinguer tous les idiots...) ou le très kitsch Cobra.

Tous les ingrédients habituels sont présents : Parker a une vie sentimentale compliquée, il a du mal à concilier son activité de justicier avec ses différents boulots (il est assistant pédagogique à l'université en plus de son job de photographe freelance), il s'en fait pour sa tantine, culpabilise pour tout et rien et balance quelques vannes de temps en temps.
Malheureusement tout cela ronronne un peu, sans grande inspiration ou coup d'éclat. Le point culminant de ces aventures reste sans doute le combat contre un Fléau impressionnant et dévastateur. Le récit mettant en scène Black Cat et la relation particulière qu'elle noue avec le Monte-en-l'air est également assez sympa mais est trop vite expédié pour que cette péripétie sentimentale, restée à l'état embryonnaire, soit vraiment captivante.

L'annual voit la Chose ou encore Iron Man s'inviter au casting. Cet épisode est surtout notable pour le fait qu'il permet à un nouveau personnage de faire son apparition. C'est en effet ici que Monica Rambeau, alias Captain Marvel, fait sa première entrée en scène. Elle changera par la suite souvent de nom (Pulsar, Spectrum, Photon) et fera partie de la série Nextwave
Mis à part ça, l'on reste tout de même sur une année plutôt fade.

La traduction a été confiée à Nick Meylaender. On évite donc les formulations hasardeuses et le patois de titi parisien de Coulomb (cf. l'Intégrale 1980). C'est plutôt propre* dans l'ensemble bien qu'il reste quelques coquilles (ça commence dès le texte figurant sur la jaquette, "il et bien décidé", et ça continue dans l'intro, "ceci est autre histoire") et des erreurs grossières, comme un texte (cf. cette image) faisant partie du dialogue qui est ensuite reporté dans ce qui aurait dû être le descriptif de la case suivante, ou encore de mauvais accords du participe passé. Enfin bon, ce n'est tout de même pas si mal pour du Panini. Manque un relecteur pour parfaire le tout (s'il y en avait un, je conseille à l'éditeur de se faire rembourser).

Un Stern respectant les fondamentaux du personnage et son passé sans jamais parvenir vraiment à créer la surprise ou susciter l'enthousiasme. 
A réserver aux fans acharnés.

+ une rencontre musclée avec le Fléau
+ un début de dilemme concernant Black Cat
+ une VF en nette amélioration (mais on partait de tellement bas...)
- des affrontements souvent insipides
- Black Cat insuffisamment exploitée
- encore de trop nombreuses coquilles


* j'ai oublié d'évoquer un "keskissé passé" ignoble... cf. cet article sur la dégradation volontaire du texte et ses effets pervers.