22 novembre 2014

Marvel Now : Nova

Du Marvel Now et du cosmique aujourd'hui, avec le premier tome librairie de la nouvelle série Nova.

L'on avait déjà eu une bonne surprise, dans le même registre, avec Les Gardiens de la Galaxie, de Bendis et McNiven. Il semble que le genre cosmique réussisse bien au label Marvel Now (qui est loin de susciter systématiquement l'enthousiasme) puisque ces premiers épisodes de Nova sont globalement plutôt réussis.
Aux commandes, l'on retrouve Jeph Loeb et scénario et Ed McGuinness au dessin, un duo que l'on avait déjà vu à l'œuvre sur l'on-going Incredible Hercules/Hulk (cf. Marvel Heroes #12).
Petit point tout d'abord sur l'histoire.

Sam Alexander est un jeune garçon vivant dans un trou paumé en Arizona. Son père est agent d'entretien dans l'école qu'il fréquente. Malheureusement, il est aussi alcoolique et Sam doit souvent rattraper ses bourdes et couvrir ses absences afin qu'il puisse conserver son job.
Régulièrement, le père de Sam se complaît dans la nostalgie et l'auto-apitoiement. Il parle d'une époque où il était un héros, où il voyageait dans l'immensité de l'espace en compagnie d'une tueuse verte et d'un raton-laveur parlant...
Sam, lui, ne croit pas à ces histoires. Jusqu'au jour où son père disparaît et où deux étranges énergumènes viennent lui ramener son casque. Un casque aux pouvoirs surprenants...
Et si, finalement, son père avait toujours dit vrai ?

Exit donc le Richard Rider dont on avait pu suivre les aventures sous la plume du tandem Abnett/Lanning (dans le mensuel Marvel Universe, qui abrita notamment des sagas telles que War of Kings ou Annihilation : Conquest) et place à Sam Alexander.
Le récit est très classique dans sa forme, avec la présentation d'un jeune homme ayant quelques problèmes dans sa vie privée, la découverte, parfois maladroite, des pouvoirs, quelques traits d'humour et de bons gros méchants. Pas de surprise donc, mais une série agréable et véritablement accessible, ce qui est relativement rare pour du Marvel Now.
Niveau guests, on n'échappe pas à Rocket Raccoon, accompagné de... Gamora (pas de Groot pour cette fois). La menace principale de ce premier arc est incarnée par Titus, un ancien collègue du père d'Alexander, recueilli par les Chitauri (une race extraterrestre particulièrement belliqueuse) et équipé de nos jours d'un Annihilateur Ultime (un flingue au look bien pourri mais aux effets dévastateurs).

Tout cela se lit vite et est sympathique, en plus d'être visuellement efficace. On peut regretter cependant que la vie privée de Sam ne soit pas plus développée, tout comme sa période d'apprentissage (il en vient très rapidement à affronter des menaces de haut niveau). On se situe ici à mi-chemin entre le Loeb génial (de Superman : For All Seasons, Spider-Man : Blue, Batman : The Long Halloween ou même Witching Hour) et le Loeb désastreux (Hulk, Wolverine...). Autrement dit, il se révèle brillant lorsqu'il prend le temps de développer des récits construits et émouvants, mais il lui arrive de se planter complètement lorsqu'il tente de faire du "fun" et de l'action pure (qui nécessitent autant de travail et d'habileté narrative pour fonctionner). Cette fois, ce serait donc a priori du fun/action pas dégueulasse. 
A voir sur le long terme.
Notons que l''ouvrage est complété par quelques croquis et crayonnés. 

Pas de quoi crier au génie mais c'est assez agréable à lire tout de même.

+ accessible
+ graphiquement soigné
+ un nouveau Nova plutôt charismatique
- certaines étapes essentielles sont tout de même vite expédiées