04 janvier 2015

Shovel Knight : la pelle de l'aventure

Un jeu vidéo pas cher, bien réalisé, offrant un énorme challenge et rappelant de bons souvenirs, c'est ce que nous vous proposons de découvrir aujourd'hui avec Shovel Knight.

Sorti à la fin de l'année dernière en Europe, et disposant d'une excellente VF, Shovel Knight est un jeu développé par un éditeur indépendant (Yacht Club Games) et disponible uniquement en téléchargement.
Il se veut un hommage aux grands titres de Nintendo (plutôt époque Nes), de Zelda à Mario, en passant par Megaman (mais l'on peut y voir bien d'autres références, comme Kid Chameleon par exemple pour certains aspects).
Entrons tout de suite dans le vif du sujet !

Vous incarnez un chevalier muni d'une "épelle". Cet étrange instrument va vous servir à creuser pour dénicher des trésors et des passages secrets, mais vous vous en servirez aussi bien entendu pour la claquer dans la tronche de vos ennemis. 
Graphismes rétro, attaques et mouvements très basiques, nous voilà devant un jeu de plateformes avec un brin d'aventure... a priori, rien d'extraordinaire. 
Et pourtant, pour 15 euros (10 euros en ce moment sur Wii U, à surveiller sur Steam), l'on se retrouve avec un vrai bon jeu, certes aux accents forcément nostalgiques, mais possédant ses qualités propres. 

Vous évoluez sur une carte, vous laissant parfois le choix de l'ordre dans lequel vous allez terminer les différents niveaux. Ces derniers sont particulièrement bien conçus (et assez longs). Les pièges sont sans cesse renouvelés et les ennemis variés. Certains passages peuvent être ardus, mais après quelques déconvenues, l'on finit toujours par progresser. Les boss sont eux aussi très divers. Certains peuvent se latter en quelques secondes, dès le premier affrontement, d'autres exigeront de nombreux essais, une bonne dose de patience et sans doute quelques jurons... (perso, je dis encore plus de gros mots en jouant qu'en conduisant, ce qui doit horrifier ceux qui m'ont déjà accompagné en voiture).

L'une des astuces du jeu est justement liée à la "mort" du personnage. Il n'y a pas de crédits, vous pouvez donc recommencer autant de fois que vous le souhaitez, à partir du dernier point de sauvegarde. Mais, à chaque fois, vous perdez un peu du pognon que vous aurez durement récupéré, et ce sous forme de sacs qui se trimballent là où vous êtes passé de vie à trépas. Ainsi, lors de votre nouvelle tentative, vous pouvez récupérer votre argent. Mais si vous vous faites buter avant, le fric est définitivement perdu. 
Vous allez me dire que le pognon on s'en tape un peu, eh bien pas tant que ça car il va vous permettre d'upgrader votre personnage.

L'on en vient à une autre des particularités de Shovel Knight, l'aspect évolutif du personnage. Vous allez pouvoir augmenter ses points de vie, son niveau de magie maximum, récupérer de nouvelles armes (permettant par exemple de projeter des boules de feu), des potions (vous permettant de phaser, ou de devenir invincible pendant un certain laps de temps) ou encore une canne à pêche vous permettant d'aller récolter diverses bricoles planquées dans des puits.
Tout cela se fait dans un village où vous découvrirez un grand nombre d'habitants, prêts à discuter avec vous ou à vous vendre un tas de babioles.

Enfin, le jeu garde en mémoire le nombre de fois où vous vous êtes fait occire, la durée de jeu totale mais aussi certains "exploits", dont la liste est accessible sur la page d'accueil. Certains sont très faciles à accomplir, comme rencontrer un personnage précis ou effectuer un achat, d'autres paraissent pratiquement infaisables, comme finir le jeu sans mourir, ou en détruisant tous les points de sauvegarde. Ah oui, j'ai oublié de préciser, les sortes de bornes présentes dans le jeu, vous permettant de ne pas recommencer au début d'un niveau quand vous mourez, peuvent être détruites et, dans ce cas, vous rapportent de l'argent. Enfin, d'autres exploits paraissent plus envisageables avec un peu de détermination (comme obtenir toutes les améliorations et potions possibles) et d'autres encore sont complètement farfelus (comme écouter toutes les blagues d'un habitant du village).

Pour peu que l'on aime la 2D old school (et en ces temps de retrogaming, ça devrait le faire), voilà donc un jeu pratiquement indispensable. L'on a envie de voir le design du prochain niveau, d'améliorer son perso et de découvrir quelle saloperie vicieuse les développeurs ont concoctée pour le tableau suivant. Reste la musique, apparemment appréciée par les joueurs, et qui m'a vite gonflé. Mais bon, en laissant juste les bruitages et en mettant une playlist perso, le problème est réglé. 
La réalisation est soignée, le gameplay impeccable et l'humour présent dans les dialogues ajoute un petit plus à un jeu déjà bourré de qualités.

Note : Heurk - Hmmpf - Bof - Yeah ! - Wow !!

+ pô cher
+ grande variété
+ évolution du perso
+ des tableaux particulièrement bien pensés
+ le fun des vrais putains de jeux à l'ancienne !
- certains passages ou boss bien gratinés
- la musique