23 novembre 2006

Axis of Evil

La série Ultimates est l'une des meilleures du moment. Si j'avais eu l'occasion de lire la première saison d'une traite, lors de sa parution en Deluxe, je suis par contre maintenant obligé de me contenter d'un épisode tous les deux mois, le deuxième épisode étant consacré à Ultimate Extinction qui se déroule en fait avant les évènements de la série principale. Du coup, on a plus de mal à se faire une idée de l'ensemble et on reste un peu sur sa faim.
J'aime toujours autant les dessins de Hitch, je suis plus réservé en ce qui concerne Millar. Je trouve que le scénariste a du talent mais je n'aime pas les idées politiques simplistes de l'homme. Si ses opinions anti-républicaines (Grasse se croit même obligé de nous rappeler qu'il n'aime pas Bush dans son petit speech) peuvent être originales aux US, elles vont, ici en France, plutôt dans le sens général et donnent malheureusement du grain à moudre aux franchouillards ignares persuadés qu'ils ont tout compris des néo-conservateurs à travers les guignols de l'info et deux ou trois caricatures malsaines au journal de 20h00. Autrement dit, s'il ne régnait pas dans ce pays un violent sentiment anti-américain (parfaitement infondé), je trouverais plutôt la série Ultimates divertissante, mais dans le contexte actuelle, elle finit par me gonfler.
Heureusement, Millar n'est pas aussi aligné sur les opinions franco-françaises que certains rédacteurs paniniens voudraient nous le faire croire. S'il est clair qu'il critique un certain interventionnisme, il est tout aussi clair qu'il se refuse également à considérer avec angélisme les terroristes de tout poil. Les fameux "libérateurs" (qui sont réunis...en France !!) et leurs méthodes épouvantables en sont un parfait exemple (ah ben ça a échappé à notre aimable paninien ça tiens). Bref, si le contexte politico-réaliste de la série me semble la rendre intéressante, le peu de recul de certains en font un instrument de propagande parfois nauséabond. Allez, hop, c'est dit ! ;o)