07 février 2010

War of Kings : Guardians of the Galaxy

Suite de la série Guardians of the Galaxy dans le Marvel Universe #19. Au menu : vannes, action et entités cosmiques.

Le Marvel Universe de ce mois est entièrement consacré aux Gardiens de la Galaxie avec les épisodes #7 à #12 de l'on-going. Rappelons que nous avons commencé à suivre l'équipe dans les MU #14 et #15. Nous avions laissé la petite bande alors qu'elle se séparait, les membres ayant découvert que Peter Quill, alias Star-Lord, avait demandé à Mantis de manipuler leurs esprits afin qu'ils acceptent de le rejoindre. Inutile de dire que la nouvelle n'a pas été très bien accueillie.
Finalement, Star-Lord, qui se rend sur Hala, capitale de l'empire Kree, est expédié par Ronan dans la zone négative. Là, il tombe sur Blastaar dont les troupes assiègent la prison 42, bâtie par Stark et Richards pendant Civil War. Le dictateur a en effet l'idée de profiter de la porte dimensionnelle située dans celle-ci pour envahir la terre. Quill rejoint les prisonniers (libérés par les gardes qui, eux, se sont enfuis) et, ensemble, ils tentent de résister aux assauts de Blastaar. Bientôt complètement dépassés, ils lancent un appel à l'aide psionique en espérant que les Guardians puissent venir leur prêter main forte.
De leur côté, Drax et Phyla-Vell, toujours à la recherche de Dragon-Lune, vont devoir affronter l'un des serviteurs du Néant, le facétieux Maelstrom.

Encore une très bonne fournée pour cette série qui, avec Nova, permet même aux plus réticents de retrouver goût pour le cosmique. Le scénario est écrit par Dan Abnett & Andy Lanning, les dessins sont de Paul Pelletier, Brad Walker et Wesley Craig. Petite confusion pour l'épisode #9 puisque Brad Walker et Carlos Magno sont crédités dans la VF alors que le site officiel Marvel annonce Bong Dazo (en même temps, au lieu de Wesley - ou "Wes" - Craig, Panini lui colle "Weg" comme prénom à un moment, deux lettres sur trois de bonnes, c'est pas si mauvais comme pourcentage).
Bon, peu importe, le résultat est de toute façon de grande qualité, avec des planches magnifiques et fort bien colorisées. Au niveau de l'histoire, rien à dire, c'est excellent. Abnett et Lanning parviennent à mettre parfaitement en scène des entités cosmiques qui pourraient fort bien, sans leur habileté, virer au ridicule. Ils désamorcent d'ailleurs eux-mêmes ce risque en parsemant le récit de très nombreuses touches d'humour. Entre deux moments de tension, Jack Flag (qui avoue détester ces "trucs cosmiques"), Drax (qui confond les limbes avec la petite ville de Reno) ou Rocket Raccoon (qui peste contre Cosmo, le chien communiste (heu, oui, ça existe)) viennent un peu dédramatiser les évènements.

Outre les allusions à la guerre qui se prépare, les auteurs inscrivent leur saga dans la continuité, en se servant notamment de la fameuse prison de l'Initiative et en ramenant sur le devant de la scène un Maelstrom particulièrement bavard et charismatique. En ce qui concerne la traduction, c'est plutôt correct si l'on excepte un présent mis à la place d'un subjonctif passé, le genre de chose qui écorche bien les oreilles (ou fait mal aux yeux au choix). Mais bon, nous en sommes au point ou un comic sans aucune faute est devenu une exception.
Et pour l'anecdote, vous avez dans cette revue la sixième et dernière partie du poster géant offert ce mois dans les publications Panini. Mince alors, je vais devoir enlever tous mes posters d'Iron Maiden et de Samantha Fox pour pouvoir l'accrocher... ah, non, je m'emporte, on n'est plus en 1990 et les murs de ma chambre sont vides maintenant. Tant pis, c'est l'intention qui compte.

Un très bon trip cosmique, bien dialogué et dessiné. Avec ses 132 planches pour 5,60€, ce Marvel Universe, vu sa qualité, s'impose comme la bonne affaire du mois.

ps : je rappelle que vous pouvez encore participer au concours Milady Graphics jusqu'à ce soir, minuit.