14 septembre 2011

DLACDP : J'ai jamais su dire non !

Toujours dans le cadre de la nouvelle rubrique, De l'autre côté des planches, l'on évoque aujourd'hui une excellente web-série : J'ai jamais su dire non.

Alors, c'est quoi les histoires là ? Ben, en fait, il s'agit d'une série qui met en scène Tom, un type plutôt sympa mais qui a un grave défaut : il n'a jamais su dire non.
Et à cause de trois non qui se transforment en oui, il va créer une situation embarrassante à son travail, perdre sa petite amie et récolter un colocataire lourdingue. Le fameux tiercé gagnant.
Mitch, le colocataire en question, a cependant une idée pour tout remettre d'aplomb : faire pousser des "balls" à son déballonné de pote.
Ah, attention, pas n'importe quelles balls, des balls même utilisables par des filles. Des psycho-balls.
Tout cela pour éviter d'être licencié, reprendre le contrôle de son appart, squatté même par un clodo, et reconquérir la femme de sa vie.
Sans déconner, qu'est-ce qui faut pas faire pour avoir droit au bonheur !

Cette série en 14 épisodes est réalisée par Slimane-Baptiste Berhoun (qui signe également le scénario et  interprète le personnage principal, une sorte d'Alexandre Astier-like donc (heu... je ne suis pas sûr que l'expression puisse s'utiliser pour un être humain... bon, tant pis (c'est un compliment de toute façon))). J'ai jamais su dire non est visible sur le site Frenchnerd, qui héberge également Le Visiteur du Futur, autre oeuvre dans laquelle on peut retrouver à peu près la même bande.
Il s'agit évidemment d'une comédie, et même d'une comédie... drôle, ce qui n'est pas toujours le cas de ce que l'on peut voir à la télévision (visiblement, aucune chaîne ne s'est encore intéressée à cette fiction qui ferait pourtant un très bon programme court). La réalisation est nerveuse et soignée, l'écriture originale et l'on rentre très vite dans l'univers décalé de Tom. Quant aux acteurs, ils campent leurs rôles avec talent (même Chris, apparemment le moins "pro" de la bande, mais dont le personnage de gentil demeuré est à mourir de rire !). Signalons également, dans l'épisode final, un guest totalement inattendu et qui fait preuve d'une rare autodérision.
Bref, de quoi passer un bon moment, d'autant que des épisodes spéciaux ont été parfois intercalés pour nous montrer un peu l'envers du décor. Cela ressemble à un mélange entre bêtisier et making-of, mais avec une mise en scène particulière qui conserve le ton de la série (et qui est à des années-lumière des sketchs pathétiques dont certaines émissions se servent parfois pour habiller leurs bêtisiers).

Si ces gens, sans prétention mais bourrés de talent, restent méconnus trop longtemps, c'est à désespérer du PAF !
Un vrai bon moment de détente et une pure bouffée d'air frais.