17 novembre 2011

100% Marvel : Spider-Man & Fantastic Four

On s'intéresse aujourd'hui à un 100% Marvel Spider-Man & Fantastic Four intitulé Réunion de Famille.

Si Spidey fait de nos jours partie des Vengeurs, il a également naguère proposé ses services aux Fantastic Four dans le but... de toucher un salaire de super-héros. Bien évidemment, les FF sont une famille, pas une entreprise, donc pas de RTT ou de 13ème mois à la clé, ce qui n'a pas empêché le Tisseur de faire souvent équipe avec Reed, Sue, Ben et surtout Johnny, qui lui confectionnera même un véhicule assez spécial (cf scène #8 du Bêtisier).
Ainsi, lorsque Fatalis débarque sur le campus d'un jeune Peter Parker, qui ne sort pas encore avec Gwen, il est normal que Spidey s'allie aux FF. Et quand le même Parker lutte contre un symbiote envahissant dont il n'arrive pas à se défaire, vers qui se tourne-t-il ? Richards, évidemment.
Et quand une nouvelle menace, plutôt inattendue, fera son apparition, Spidey sera encore aux côtés de ses amis. Au sein de sa famille.

Seulement quatre épisodes pour ce 100% Marvel fraîchement débarqué en librairie. Le scénario est de Christos Gage (auteur de l'excellente série Avengers Academy), les dessins sont signés Mario Alberti. Ce dernier livre des planches plutôt agréables même si certains visages sont franchement perfectibles (la pauvre Susan n'est pas vraiment à son avantage).
La mini-série revisite quelques rencontres, à des époques différentes, en mettant en scène Fatalis, Namor ou encore l'Homme-Taupe. Bien qu'il soit fait référence à de nombreux évènements anciens (cela va de Onslaught à Dark Reign, en passant par la prise de pouvoir des FF en Latvérie, cf ce Deluxe), l'ensemble reste relativement abordable et clair. Le final se veut touchant mais s'avère trop gentillet et "sucré" pour susciter une réelle émotion. Gage s'en sort en fait beaucoup mieux ici avec les vannes et les situations décalées (voir la Chose chanter du Lady Gaga dans un bain moussant, ça vaut quand même le détour, d'autant que la chanson n'est pas choisie au hasard !).

Tout cela reste assez classique, avec un thème tournant autour de la fascination de Peter pour les FF. Le terme est peut-être un peu fort mais il est évident qu'il nourrit plus qu'une sympathie pour le groupe : il admire Reed et son génie scientifique, il envie le couple Reed/Sue (qui ne fonctionne pourtant pas si bien qu'il l'imagine), il trouve en Johnny un ami de son âge, décomplexé, qui s'amuse et aligne les conquêtes féminines, et même Ben fait office de grand frère bienveillant. Cette équipe représente pour lui un cocon familial (certes très idéalisé) mais aussi une sorte de "pépinière amicale" (particulièrement attractive dans ses plus jeunes années, alors qu'il était rejeté et faisait la cible de moqueries continuelles).
Malgré tout, le fil rouge du récit semble un peu artificiel et Gage ne parvient pas à être aussi habile que lorsqu'il met en scène ses jeunes apprentis Vengeurs.

Un comic sympathique mais dont l'utilité n'est pas évidente.
Il manque un petit quelque chose pour faire de cette histoire plus qu'une anecdote vite oubliée.