07 octobre 2009

Dark Reign : Marvel bascule du côté obscur

Sortie aujourd'hui du nouveau mensuel Panini intitulé Dark Reign et faisant office de troisième revue axée "Heroes".

La fin de Secret Invasion a profondément changé la donne dans la distribution des rôles au sein du Marvelverse. Exit Tony Stark, limogé car peu efficace et soupçonné de couardise, et arrivée de Norman Osborn, patron des Thunderbolts et ex Bouffon Vert, à la tête de la sécurité des Etats-Unis.
On commence ce nouveau mensuel avec justement un one-shot, Secret Invasion : Dark Reign, qui dévoile la manière dont Osborn va former la Cabale, une version plutôt maléfique des Illuminati. C'est Brian Michael Bendis qui officie au scénario, il retrouve d'ailleurs pour l'occasion Alex Maleev, son ancien compère sur Daredevil. A ce sujet, l'on peut affirmer sans risquer de vexer les fans de Maleev que ce dernier n'a pas vraiment réussi le pauvre Namor ! Il a vraiment une tête pas possible, très loin de l'aspect classe et hautain qu'on lui connaît.
Mis à part ce petit détail, on rentre vite dans le vif du sujet avec une réunion au sommet à laquelle participent également Loki, The Hood, Fatalis et Emma Frost.

On enchaîne directement avec Dark Avengers. Cette fois, Osborn monte sa propre équipe de Vengeurs. Certains étaient reconnaissables d'entrée de jeu, d'autres pouvaient plus ou moins se trouver par déduction, Norman puisant pas mal dans les rangs des anciens Thunderbolts. D'ailleurs, en parlant de cette équipe, il n'est peut-être pas inutile de préciser que ceux qui n'avaient pas suivi la série éponyme vont peut-être avoir du mal à accepter ce nouveau rôle, fort bien assumé par Osborn. Pourtant, depuis maintenant un long moment, on nous le présentait comme particulièrement habile, manipulateur, cynique. Et il continue ici sur la même lancée, argumentant, menaçant, promettant des faveurs ou les pires représailles à qui veut l'entendre et surtout à qui peut représenter, pour lui, un intérêt notable. Tout cela avec aplomb et une force de persuasion délicieusement perverse. Même le SHIELD est déjà liquidé et remplacé par le HAMMER.
Toujours Bendis pour ce qui est du scénario, accompagné cette fois de Mike Deodato.
Un vrai régal, avec quelques scènes d'anthologie comme le repas de Venom.

La suite de la revue est composée de courtes histoires tirées de Dark Reign : New Nation, une publication qui sert d'introduction aux nouveaux titres post SI. On retrouve Nick Fury (dont les New Warriors seront régulièrement présents dans le mensuel), War Machine ou encore Hawkeye et Oiseau Moqueur. Ce sont des sortes de "lancements", il n'y a donc pas grand-chose à en dire.
MAIS, on ne va pas en rester là et, pour ceux qui ont déjà lu ce premier Dark Reign ainsi que le Marvel Icons de ce mois, je vous propose de continuer ce petit point un peu plus bas, dans le "Coin des Spoilers". Pour les autres, sachez que Dark Reign commence très bien et très fort, et que par conséquent, il est vivement conseillé.



Le Coin des Spoilers
(qui contient des... spoilers donc)

Alors là il faut quand même que je commence par un truc énorme, c'est la réaction de Luke Cage (dans New Avengers, publié dans Marvel Icons) ! Voilà un type qui a bourré le mou à tout le monde avec ses principes tordus, comme quoi tout valait mieux que Stark, qu'il n'était pas question qu'il se plie aux règles, et cetera, il s'est même engueulé avec sa femme lorsqu'elle a décidé de s'enregistrer auprès des autorités pour le bien de leur bébé, bref, le gars inflexible. Et là, tout d'un coup, qu'est-ce qu'il fait m'sieur Cage ? Il va pleurnicher en dodelinant du derche directement chez Norman ! Il ne voulait pas serrer la main de Stark mais il veut bien se pacser avec Osborn. Logique.
En tout cas, il m'avait tellement gonflé avec ses leçons de morale que le voir ramper devant Osborn a été un moment de bonheur intense. Sadique, oui, mais intense tout de même. ;o)

Pour ce qui est des Dark Avengers, voilà une équipe qui promet. On imagine la tête des héros dont le pseudo et le look ont été usurpés ! Et ça, c'est bien du très grand Norman. Il ne se contente pas de monter sa team de tarés ou de types qu'il embobine, il se sert de symboles pour le public et, par la même occasion, en profite pour taquiner ses vieux ennemis, dont évidemment Spidey en premier lieu.
Pour l'instant on ne sait pas trop bien comment il a pu convaincre Sentry (sacré atout quand même pour ce qui est de la puissance brute) mais, vu ce que dit l'intéressé et compte tenu de ses antécédents psychologiques, on peut imaginer que Norman n'a pas eu trop de mal à l'influencer.
Tout cela reste assez équilibré entre les vraies pourritures et les membres qui ont plus ou moins bon fond même si leur choix est très discutable. Bizarrement, je n'avais pas du tout pensé à Opale pour la nouvelle Ms. Marvel alors que cette option était presque évidente.

Le vrai départ de Stark est conté dans Invincible Iron Man (de nouveau dans Marvel Icons). La confrontation avec Osborn est assez dure et humiliante pour Tony, d'autant qu'il a perdu Extremis après l'attaque des skrulls et qu'il échoue à la flotte, sous les huées de tout le monde, lorsqu'il essaie d'aider à déblayer des gravats.
Il a en plus perdu sa tour, étant donné qu'il avait fait financer sa reconstruction par le SHIELD (tiens, il a les mêmes conseillers financiers qu'Enrico Macias).
Le seul point positif dans tout cela, c'est qu'il réussit tout de même à subtiliser la liste des héros recensés en partant. Et, je ne sais pas pourquoi, mais ça m'étonnerait que quelqu'un lui en soit reconnaissant...

Voilà, un bon démarrage quoi. En tout cas une situation vraiment riche en possibilités. Certains vont peut-être vite regretter ce pauvre Tony. ;o)