02 février 2007

Coup d'état

Retour sur le tome 2 de la série Fantastic Four paru en Marvel Deluxe voici quelques temps.


Ce volume, intitulé "Coup de force", reprend les épisodes #503 à #513 des parutions kiosque. Le scénario est de Mark Waid et les dessins de Mike Wieringo, Howard Porter et Paul Smith. Visuellement, le tout est plutôt joli, coloré et donne une ambiance plutôt cartoon.
Après la mort de Fatalis, la Latvérie est convoitée par ses voisins dont la Hongrie et la Serbie. Afin de protéger le pays, Reed Richards décide d'en prendre la tête, aidé bien sûr par les trois autres Fantastiques. Pourtant, libérer un peuple n'est pas si facile que Reed pouvait le croire. Tout d'abord, les latvériens gardent un excellent souvenir de Fatalis. En effet, malgré des méthodes expéditives en matière de justice, ce dernier avait éradiqué la maladie, la criminalité ou encore le chômage, de ce fait, la population le regrette et considère plutôt les Fantastic Four comme une force d'occupation. Autre problème majeur, les Nations Unies voient d'un très mauvais oeil cette intervention unilatérale du groupe de surhumains et font pression sur les Etats-Unis pour qu'ils participent à l'envoi d'une force militaire internationale chargée de déloger les 4 Fantastiques.

D'une manière générale, l'histoire est plus intéressante que dans le tome 1. Certaines attitudes de Reed peuvent déjà renseigner sur ce que sera son comportement dans Civil War. Dans la seconde partie de l'ouvrage, l'on assiste à la mort de l'un des FF mais aussi à une expédition du petit groupe au... Paradis ! Un endroit pas forcément si accueillant que l'on pourrait le penser. Au final, malgré un graphisme doux et "gentillet", le propos est souvent plus grave qu'il n'y paraît. Peurs, sacrifices, douleurs, incompréhensions, le coeur des FF est plus sombre que ne le laisse supposer leur apparence chaude et lisse. Reed surtout, défiguré et profondément marqué par son dernier affrontement avec Fatalis, semble avoir radicalement changé même si la petite pirouette scénaristique finale parvient à gommer (au sens propre) son côté noir, au moins pour le moment.

Allez, voyons voir les fameux bonus (l'intérêt principal si vous possédez déjà ces épisodes).
Nous avons bien sûr les traditionnelles covers, des scènes supprimées (avec script et de petites illustrations, le tout tient sur une page), un... échange d'emails (??) entre Tom Brevoort et Mark Waid, quelques crayonnés, des notes de Waid sur l'épisode #511 et une sélection totalement inutile, sous forme de petites images, des "moments forts" des épisodes #62-70 et #500-513. Cela fait beaucoup à énumérer mais l'ensemble (hors covers) fait 11 pages seulement. Comparé à ce qui se fait habituellement, l'on reste tout de même dans quelque chose de plutôt étoffé. Les e-mails notamment sont finalement intéressants à lire et apportent un éclairage sur les relations entre un auteur et un responsable éditorial, même si l'on peut se permettre de douter de la fidélité de leur retranscription (on a l'impression parfois que ce petit échange sert à justifier les choix scénaristiques et à prévenir d'éventuelles objections de fans, m'enfin, je m'en voudrais d'être mauvaise langue). 
Pour conclure, bonne histoire et bonus sympa : pas de raison donc de se passer de ce Deluxe. 

ps : puisque l'on est dans les FF, je signale que je devrais normalement rajouter Mr Fantastic, dès ce soir, dans la rubrique Figurines Marvel. ;o)