03 juin 2009

Echo, la nouvelle série de Terry Moore

Conspiration, arme secrète et désert californien sont au menu de Echo, une série dont le premier tome sort en VF aujourd'hui.

Julie Martin se trouve au mauvais endroit au mauvais moment. Alors qu'elle prend des photos dans un endroit désertique de Californie, une immense explosion survient. Ses effets se font sentir à des dizaines de kilomètres à la ronde. Bientôt, la jeune femme est recouverte par les retombées. De mystérieuses bulles de métal liquide s'accrochent à elle et recouvrent une partie de son corps.
Pour Julie commence alors les ennuis. Son mari, dont elle est séparée, ne veut rien savoir d'elle. Le médecin qu'elle contacte pour la débarrasser de son étrange plastron métallique croit à une mauvaise blague. Et surtout, l'armée et une employée du NSB particulièrement efficace sont maintenant sur ses traces. Car, évidemment, l'explosion cache une arme qui doit rester secrète mais aussi un meurtre... et peut-être pire encore.
Dans cette course à la vérité, Julie ne pourra compter que sur un Park Ranger, une bande de motards et les pensées d'une jeune pilote d'essai décédée pendant ce qu'il est convenu d'appeler l'incident de Moon Lake.

Après l'excellent Strangers in Paradise, difficile de ne pas succomber à l'attraction d'une nouvelle histoire écrite par Terry Moore. L'artiste, qui signe ici scénario et dessins, publie là sa deuxième série indépendante mais il a également officié chez Marvel sur Runaways et Spider-Man loves Mary Jane, des titres peu connus du grand public mais au fort potentiel.
Ce premier volume de Echo, intitulé "L'incident", contient les cinq premiers épisodes et permet de planter le décor et de se familiariser avec les personnages principaux. Les amateurs de SiP ne seront pas étonnés de retrouver quelques éléments de prédilection chers à Moore, notamment l'archétype de la femme à la fois forte et fragile, un peu abîmée par la vie. Le fait que la "proie" et le chasseur soient tous les deux des personnages féminins n'est évidemment pas un hasard, les hommes étant ici relégués presque exclusivement au rang de faire-valoir. L'auteur ne leur épargne d'ailleurs pas grand-chose : ils sont têtus, plein de préjugés ou encore incapables de comprendre ce qu'ils ont sous les yeux. Bref, Moore aime les filles, ça tombe bien, nous aussi. ;o)

La grande force du récit repose essentiellement sur les protagonistes et l'émotion qui s'en dégage. Même si l'on est dans une sorte de complot aux relents militaro-technologiques, Echo s'inscrit avant tout dans une réalité dépeinte avec subtilité et douceur. Vie de couple chaotique, moments poignants en compagnie d'une soeur psychologiquement traumatisée, petites galères quotidiennes et gros coups durs, tout cela rend l'héroïne à la fois crédible et profondément touchante. Presque une marque de fabrique maintenant de la part de Terry Moore. Les dessins, eux, sont en noir et blanc et plutôt de bonne facture. Rien de transcendant non plus.
Ce premier tome est édité par Delcourt. Bonne traduction à part l'expression "gent féminine" que l'on retrouve écrite sous la traditionnelle forme incorrecte "gente" (qui est un adjectif et non un nom et qui, en plus, n'a aucun rapport au niveau du sens avec "gent"). Agaçant.
Niveau bonus, l'on bénéficie des covers (mais en noir et blanc) ainsi que d'un petit sketchbook de trois pages. Signalons enfin l'élégance de l'éditeur qui n'hésite pas à citer les éditions Kymera dans le petit topo sur les ouvrages du même auteur.

Une série plutôt bien partie et bénéficiant du style, fluide et efficace, de Moore.