05 juin 2009

Spider-Man et les Héros Marvel : La colère de Hulk

Le nouvel opus de la collection Spider-Man et les Héros Marvel accueille un personnage de poids : l'irascible Hulk.

Après Wolverine et Daredevil, c'est donc au tour de Hulk de partager l'affiche avec le Tisseur. Commençons par le livre. Celui-ci ne contient pas d'histoire complète mais plutôt une sélection de rencontres situées à des moments très différents. Tout d'abord deux épisodes de 1973 montrent les deux personnages alors qu'ils s'affrontent au Canada (pour situer un peu, c'est l'époque ou Doc Ock tourne autour de la tantine). Hulk est alors dans son mode basique du style "Hulk pas content, Hulk frappe !"
On fait ensuite un bond dans le temps, jusqu'en 1990 où l'on retrouve cette fois un Hulk gris (et plutôt âpre au gain) qui redevient Banner lorsque le soleil se lève. Il est d'ailleurs engagé par Sebastian Shaw pour liquider Spidey. Celui-ci ne s'en sort pas mal étant donné qu'à l'époque, il est investit de pouvoirs cosmiques (il peut voler ou même modifier la matière au niveau moléculaire !). Evidemment, l'histoire n'est pas terminée que l'on reprend notre machine à voyager dans Amazing Spider-Man pour aboutir à 1993 où cette fois Hulk est vert mais intelligent. Là encore cela se termine en queue de poisson puisque les intrigues secondaires (notamment la présence de Richard et Mary Parker, les parents, censés être décédés, de Peter) ne sont pas résolues.
Parmi les auteurs, citons, en vrac, Gerry Conway, David Michelinie, John Romita Sr, Mark Bagley ou encore Todd McFarlane. Du beau monde à qui l'éditeur français ne rend pas service en charcutant ainsi leur travail. Si avec une démarche pareille Panini parvient à fédérer de nouveaux lecteurs, c'est à désespérer du genre humain...

Car tout de même, cette collection est censée présenter les héros Marvel à des lecteurs qui les connaissent peu. A lire les éditos de Panini, c'est même spécialement destiné aux spectateurs des adaptations cinéma. Pourtant il serait étonnant qu'ils arrivent à s'y retrouver ou même à éprouver de l'intérêt pour cet assemblage hétéroclite. Entre les pouvoirs cosmiques, Shaw, le retour des parents de Parker et un Hulk qui change de personnalité comme de slip, le tout sans un seul mot d'explication, il va falloir s'accrocher.
Quant aux anciens lecteurs, ils préfèreront certainement des publications plus cohérentes et agréables à suivre, comme les Intégrales.
Reste le fascicule, gros (seul ?) point positif de cette parution avec, comme le mois dernier, un épisode de la série Mythos. Toujours Paul Jenkins au scénario et un aspect visuel particulièrement soigné grâce aux superbes peintures de Paolo Rivera. Il s'agit là d'une histoire certes courte mais complète et accessible puisque les deux hommes livrent une réinterprétation des origines de Hulk. Un matériel inédit et de grande qualité donc.

Un choix d'épisodes déconcertant qui n'aidera pas plus les nouveaux venus à se plonger dans le Marvelverse que les anciens fans à prendre du plaisir avec un livre d'où ressort une impression de collage hasardeux. Reste Mythos, mais avec 22 planches pour 8,95 € l'on ne peut pas dire que l'on décroche la bonne affaire de l'année, surtout étant donné le support très "cheap". Du Panini dans toute sa splendeur.