24 mai 2009

Spider-Man et les Héros Marvel : La Justice selon Daredevil

Le deuxième volume de Spider-Man et les héros Marvel fait se rencontrer le Tisseur et le Diable de Hell's Kitchen.

Après Wolverine il y a quinze jours (cf le premier tome), c'est donc au tour de Daredevil de faire équipe avec Spider-Man. Pourtant, le Diable Rouge est totalement absent du fascicule qui contient en fait une réinterprétation des origines de Spidey. Pas vraiment original mais l'histoire, écrite par Paul Jenkins (Révélations, Penance : Relentless, Civil War : Front Line, Wolverine : Origin) a le mérite d'être superbement mise en peinture par Paolo Rivera. Cet épisode est totalement inédit en VF et est issu de la série Mythos.
Indéniablement, ça vaut le coup d'oeil.

On continue avec le gros morceau que constitue le livre. Celui-ci propose l'arc Unusual Suspects que l'on avait déjà pu lire - sur papier glacé - dans le Spider-Man Hors Série #2. Murdock et Parker affrontent la pègre et notamment le Caïd, le Hibou, le Gladiateur ou encore l'Homme aux Echasses. Toujours Jenkins au scénario, cette fois associé à Phil Winslade pour les dessins. La saga date de 2001 et est plutôt sympathique, elle s'attarde surtout sur la différence de caractère et de comportement entre un Daredevil plutôt sérieux et grave et un Spidey qui cache ses doutes et ses peurs derrière une apparente légèreté. Le final montre tout de même un Murdock non dénué d'humour. ;o)
Notons que les covers sont signées Alex Ross.
Un épisode de la série Daredevil, datant de 1989, complète le tout. C'est cette fois le duo Ann Nocenti/John Romita Jr qui met en scène les deux héros dans une lutte les opposant au fils du diable. Carrément ! Graphiquement c'est tout de même beaucoup moins digeste.

Dans la série "je vends des bagnoles mais je ne parle que de trottinettes", Panini réussit l'exploit de commencer les deux éditos (celui du livre et celui du fascicule) en parlant à chaque fois de cinéma. Et vas-y que je te sors des trucs du genre "les héros que l'on va vous fourguer ont tous leur adaptation ciné" (comme si c'était un gage de qualité), sans compter la référence au film Daredevil dont Panini avoue pudiquement qu'il n'a pas eu autant de succès que les saloper... heu, les films de Raimi.
Bref, c'est à se demander s'ils savent qu'ils éditent des comics. A croire que les gens qui rédigent ça ont tous été virés de Mad Movies ou qu'ils rêvaient de bosser comme hôtesses de caisse dans un Kinepolis. Ben ça tombe bien, on les retient pas.

Une bonne fournée, avec un peu de matériel inédit, de jolies planches et une histoire principale qui tient la route.

ps : j'en profite pour ajouter une nouvelle scène, la 63ème, au Bêtisier Marvel. Voilà un moment que ce n'était pas arrivé.