23 avril 2009

Spider-Man, les Héros Marvel et... Obama

Le premier tome d'une nouvelle collection kiosque à bas prix est sorti hier. Tout de suite voyons si la promesse éditoriale de réunir une sélection des meilleurs récits Marvel est tenue.

Après Spider-Man - Les Incontournables puis Marvel - Les Incontournables, voici une troisième collection (en 10 tomes) du même genre ayant pour nom Spider-Man et les Héros Marvel. Selon Panini, il s'agit là des "meilleures aventures de Spider-Man lorsqu'il est épaulé par d'autres héros." Comme toujours, l'éditeur est un poil optimiste dans sa présentation (ou incapable dans la réalisation, c'est selon). Mais voyons tout de suite ce que contient cette première fournée dont l'invité principal est, ô surprise, Wolverine.
La présentation générale reste identique à celle des précédentes collections, autrement dit un petit fascicule et un livre cartonné relativement épais. Commençons par ce dernier.

Le livre contient l'arc Deux contre le monde entier (Stuff of Legends), déjà publié dans le premier numéro des 100% Marvel consacrés au duo Spidey/Wolvie. L'histoire est écrite par Brett Mathews et dessinée par Vatche Mavlian. De la castagne dans divers pays, quelques vannes et Nick Fury en sont les principaux ingrédients. Rien de transcendant mais ce sont surtout les dessins qui posent problème, Mavlian ayant visiblement de sérieuses difficultés avec ses personnages qui ressemblent à des nains et se retrouvent, le plus souvent, affublés de têtes disproportionnées.

Pour compléter, Panini a choisi un épisode tiré de Ultimate Marvel Team-Up par Brian Michael Bendis (scénario) et Matt Wagner (dessin). Là encore l'aspect graphique est loin d'être bien réjouissant mais c'est peut-être le choix de cet épisode terne qui est le plus frustrant. Tant qu'à mélanger univers 616 et 1610 (Ultimate), il aurait été plus judicieux de sélectionner l'arc (très court en plus) dans lequel le Tisseur et Wolverine se retrouvent accidentellement dans le corps de l'autre (cf scènes #5 et #41 du Bêtisier). Graphiquement, cela aurait été quand même autre chose et, en plus, cette histoire à la Freaky Friday avait l'avantage d'être plutôt drôle et très accessible.
Le fascicule maintenant, avec un énorme Barack Hussein Obama en couverture, ce qui semble être, en comparaison du contenu, une opération opportuniste et éditorialement ridicule. En effet, la rencontre entre Spider-Man et le nouveau président tient en... cinq pages. Il s'agit d'un simple clin d'oeil - même pas une histoire - de Marvel que Panini exploite de manière vraiment exagérée. Narrativement, le récit est un naufrage mais en cinq planches, il ne faut pas s'attendre à des miracles. Et pour terminer le remplissage, on nous fourgue une vague histoire d'extraterrestres avec les New Avengers et les Fantastic Four. C'est du Bendis mais vraiment pas en grande forme et graphiquement, ça reste très limité avec Dan Jurgens aux crayons.

Il y a donc deux manières d'envisager la chose. La première est de se dire que pour un prix aussi bas (moins de 5 euros), on la ferme et on prend le binz, ce qui peut se comprendre. La deuxième, qui selon moi se comprend aussi, est de dénoncer les annonces de Panini présentant cette sélection comme le nec plus ultra de la production Marvel alors qu'il s'agit, pour le coup, d'une compilation fade, laide et sans logique. Si les nouveaux lecteurs, attirés par le faible coût, prennent la présentation pour argent comptant et s'imaginent qu'il s'agît là du top de ce que l'on peut trouver avec Spider-Man ou chez Marvel en général, je comprendrai sans peine qu'ils hésitent à aller voir le reste.
D'ailleurs, les deux précédentes collections, toujours abusivement qualifiées d'incontournables, présentaient les mêmes défauts. A part quelques exceptions, comme les débuts de la série New Avengers ou encore La dernière Chasse de Kraven pour Spidey, les choix de sagas s'étaient avérés fort peu opportuns.

Un début vraiment poussif pour cette collection dont le prix attractif n'excuse pas l'orientation affligeante.