04 décembre 2009

Marvel Icons : un Vengeur accusé de crime contre l'humanité

Le Marvel Icons #56 scelle le destin d'Iron Man et contient le cinquantième numéro de la série New Avengers.

On commence par New Avengers qui, à l'occasion de l'épisode #50, voit sa pagination augmenter à 37 planches. Si Brian Michael Bendis reste au scénario et Billy Tan au dessin, de nombreux artistes ont participé symboliquement à l'anniversaire : Bryan Hitch, Michael Gaydos, Alex Maleev, Steve McNiven ou encore, entre autres, Greg Horn signent tous quelques cases.
Niveau histoire, après avoir encaissé le choc de la présentation publique des Dark Avengers, les "vrais" Vengeurs décident d'attirer Osborn dans un piège afin d'en découdre avec sa bande de criminels. C'est Jessica Drew, alias Spider-Woman, qui va servir d'appât. Une manière de faire oublier la désastreuse image qu'elle traîne depuis que la reine skrull avait pris son apparence pendant Secret Invasion.
Résultat très sympathique dans l'ensemble avec notamment une réplique qui, perso, m'a vraiment fait marrer (cf scène #67 du Bêtisier). Bon, il faut par contre avoir "vécu" la dramatique époque de la guerre civile pour pleinement savourer la vanne de Spidey et son côté acide, mais c'était en tout cas vraiment inattendu.

On poursuit avec Invincible Iron Man. Beaucoup d'éléments marquants dans cet épisode. Tout d'abord, Stark est officiellement reconnu comme fugitif et il est inculpé, tenez-vous bien, de "crimes contre l'humanité, collusion avec l'ennemi, soustraction à la justice, conspiration, négligence criminelle et trahison". Manquerait plus que le contrôle technique de son armure ne soit pas à jour et il pourrait bien avoir des ennuis. ;o)
Les choses évoluent aussi pour Pepper Potts et Maria Hill, l'une va trouver une armure et se la jouer Iron Woman alors que l'autre finit dans le lit de ce brave Tony. On s'y attendait tout de même mais bon, ça fait plaisir de voir qu'il garde la forme le bougre !
Un moment particulièrement jouissif également : Osborn, en armure avec en fond le sigle du HAMMER, annonçant au monde que le "règne de terreur de Stark prend fin". Comme ça au moins ceux qui avaient confondu Stark avec un fasciste pendant Civil War (sans tenir compte à l'époque des corrections apportées au personnage par les frères Knauf) vont pouvoir pleinement goûter la différence.
Scénario de Matt Fraction, dessins de Salvador Larroca. Très bon épisode mené à cent à l'heure et qui s'articule parfaitement avec New Avengers. Juste toujours la petite réserve sur le look de Stark mais à part ça, c'est du tout bon.

Le Captain America de Ed Brubaker (scénario) et Steve Epting (dessin) est déjà moins palpitant. Mélange de vieux souvenirs de l'époque Bucky ou Soldat de l'Hiver. Namor en guest. Un peu de baston. Bof, rien de bien excitant au final.
Mais le pire, c'est une courte histoire de 10 planches que Panini a tiré d'un Giant Size Avengers afin de compléter la revue (puisque, évidemment, vu que le NA est plus long que d'habitude, ils sont obligés de compenser afin de ne surtout pas prendre le risque de nous offrir quelques pages supplémentaires). Bref, le truc est centré sur Jarvis qui écrit à la revue Profession Majordome (sic) pour évoquer son quotidien au côté des Vengeurs. Ça se veut drôle, c'est surtout complètement creux. Encore un choix éclairé de la part des vendeurs d'autocollants...

Un mensuel qui vaut surtout pour les deux premières séries et se termine sur une note bien fade en comparaison.