22 décembre 2009

Avant-Première de Magus, tome 2

Retour dans le Moyen Age d'Innocent IV avec le deuxième tome de Magus intitulé Le Félon.

Vous vous souvenez peut-être de Magus que nous avions découvert en début d'année grâce à une chronique du premier album et un entretien avec toute l'équipe créative ? Eh bien j'ai eu la chance de recevoir les planches du prochain tome - qui sortira le 6 janvier - en avant-première. Une bonne occasion de replonger dans les aventures de Stanislas.
Nous avions laissé le jeune homme en bien fâcheuse posture puisqu'il était recherché pour meurtre et en plus frappé d'un sort le rapetissant à la taille d'une souris...
Ce nouvel opus commence par revenir sur les origines de Sullivan, son étrange protecteur aujourd'hui tombé en disgrâce. L'on apprend notamment comment ce mage, dépositaire des secrets anciens qui valent aujourd'hui le pire à ceux qui les détiennent, en vient à s'engager dans l'armée et piller les dépouilles des pauvres bougres que les fossoyeurs enterrent.

La seconde partie du récit, plus longue, nous ramène au présent et à un Stanislas qui, en plus de tenter d'éviter le fameux supplice du silence (qui consiste à couper la langue des mages, technique radicale mais efficace pour qu'ils ne marmonnent plus leurs sorts), va devoir se méfier des rongeurs qui, vu sa taille, pourraient bien lui réserver un sort bien pire encore.
Le scénario, toujours signé Cyrus et François Debois, s'attache à nous dévoiler un peu plus du passé et des pouvoirs des mages. Stan découvre peu à peu de quoi il est capable et se doit de suivre les plans de Sullivan tout en étant toujours préoccupé par ce qu'il a pu advenir de sa soeur, la belle Eloïse.
Pour l'anecdote, certains éléments magiques, comme la feuille d'Aubépine censée bloquer les "penseurs", font indéniablement penser aux pouvoirs (en l'occurrence ici ceux des télépathes) des super-héros que nous connaissons bien. Rien d'étonnant lorsque l'on connaît le goût des scénaristes pour les comics. Ces allusions sont fort bien intégrées au contexte médiéval. La manière, très physique, de traiter la magie est également originale voire inquiétante puisque les corps doivent s'habituer à ce qui pourrait presque être considéré comme... une mutation. ;o)
Le récit s'achève encore une fois sur une petite surprise finale qui donne envie d'en savoir plus, d'autant que l'histoire progresse à grands pas pour la plupart des protagonistes que l'on connaissait déjà.
Pour ce qui est de la partie graphique, les dessins d'Annabel restent toujours aussi agréables et maîtrisés. Et même si la version que j'ai pu lire n'étant pas totalement colorisée, les planches ne manquent pas de charme. Décors imposants ou sinistres, vieilles pierres, jolis effets de lumière, tout est là pour vous plonger dans l'époque et l'intrigue.
Précisons que l'ouvrage contient un résumé du premier tome et une petite présentation des personnages principaux.

Si vous souhaitez délaisser un peu les comics et vous pencher sur une BD française de qualité, n'hésitez pas à vous lancer dans Magus. Dépaysement assuré.
Sortie le 6 janvier 2010, chez Glénat (commander l'album).