14 décembre 2009

Simon Dark : A quoi rêvent les petits garçons morts ?

La collection Dark Side de Panini, qui jusqu'ici peinait à vraiment décoller, tient enfin un hit avec Simon Dark. Bienvenue dans un Gotham sans Batman mais toujours très sombre.

"Tapi dans l'ombre au fond du parc,
Simon, Simon, Simon Dark.
Si t'es gentil, il te touche pas,
Si t'es méchant, il te tuera."
Qui aurait pu croire que cette petite chanson bien connue des enfants de Gotham était basée sur un personnage réel ? Simon erre dans les rues du quartier que l'on appelle le Village. Il ne se souvient plus qui il est. Parfois, il rêve même qu'il n'est jamais né. Et si son corps rempli de cicatrices et de coutures peut effrayer, Simon n'est pas méchant. Il veut aider. En s'attaquant par exemple à ces types étranges qui portent des cagoules, parlent latin et viennent répandre le sang non loin de son repaire.
De son côté, l'inspecteur Kirk est sur la trace d'Eddie la Machette. Une raclure qui tue pour le plaisir depuis trop longtemps. Le policier sera amené à croiser la route de Simon. Un être avec qui il a peut-être plus de choses en commun qu'on ne pourrait le penser... après tout ils vivent dans la ville maudite où les légendes prennent vie à la nuit tombée.

Eh bien voilà la très bonne surprise de ce mois de décembre plutôt tranquille niveau sorties librairie. Simon Dark est une série en 18 épisodes (ce volume en contient six) écrite par Steve Niles (28 jours plus tard) et dessinée par Scott Hampton. L'histoire, un polar quelque peu horrifique, prend place dans l'univers de DC Comics mais ne nécessite aucune connaissance de ce dernier pour être appréciée.
Le personnage principal - le Simon de la contine - est particulièrement bien écrit. Tour à tour effrayant, mystérieux et même touchant, il s'impose comme un héros atypique et terriblement attachant. Et le reste de la distribution ne manque pas de charme non plus, que ce soit la jolie médecin légiste ou le flic cachant un lourd secret. Du côté des "méchants" l'on est plutôt bien servi aussi, ne serait-ce qu'avec l'intrigante société secrète aux rites sanglants. Niles parvient à instaurer une atmosphère sinistre tout en parsemant son récit de petites touches d'humour inattendues et qui font très souvent mouche (le "j'ai oublié de faire un voeu" ou la scène du "double pang" sur les toits sont excellentes, même si pour l'instant vous êtes obligé de me croire sur parole).

Visuellement, Scott Hampton livre ici un fort bon travail. L'ambiance est ténébreuse à souhait, les décors souvent superbes et la colorisation de Chris Chuckry est parfaite. Et si Simon Dark vous semble un peu familier, avec un pull ressemblant à celui de Freddy Krueger ou un masque évoquant une certaine famille de dégénérés du Texas, rassurez-vous, le personnage est très différent au fond des illustres tueurs précités.
Et c'est là que normalement j'annonce le petit truc qui ne va pas, ah c'était trop beau aussi... eh ben même pas ! La traduction d'Alex Nikolavitch est tout à fait correcte et permet de s'immerger sans souci dans ce premier arc.
C'est beau, bien dialogué, prenant, parfois drôle, on ne peut guère se permettre d'en demander plus. Si vous êtes à court d'idées pour vos cadeaux de Noël, voilà un livre qui constituera un excellent investissement.

Le meilleur titre à ce jour de la collection Dark Side.
Vivement conseillé.