20 décembre 2009

Fin de Ultimate Spider-Man

Une page se tourne pour le Tisseur dans Ultimate Spider-Man #70, sorti hier en kiosque.

Eh oui c'est bien la fin de l'on-going Ultimate Spider-Man. Mais pas pour autant des aventures du Monte-en-l'air dans l'univers 1610 puisqu'il s'agit en fait d'un relaunch et que la série sera rebaptisée Ultimate Comics Spider-Man.
Les deux épisodes du mois, avec toujours Brian Michael Bendis au scénario et Stuart Immonen au dessin, concluent l'arc Ultimatum, bien entendu lié aux terribles évènements survenus à New York et dans le reste du monde. Pendant que ses amis le recherchent, Peter doit gérer un Hulk déchainé et affronter des créatures échappées de la dimension des ténèbres (par un portail situé dans ce qui reste du sanctuaire du Dr Strange). Le second épisode est totalement silencieux, ce qui renforce encore le sentiment crépusculaire. L'histoire est centrée sur Kitty Pryde et Spider-Woman (en fait un clone féminin de Peter, cf cette saga) qui portent secours aux survivants et espèrent toujours retrouver leur cher Spidey en un seul morceau.

Le final est à l'image d'Ultimatum, apocalyptique mais guère passionnant. De plus, si dans la série mère l'on pouvait encore profiter de l'aspect dramatique généré par la disparition de nombreux personnages, le fait est qu'ici il est évident que Spider-Man survivra, ce qui enlève tout de même pas mal d'intérêt aux évènements.
Avant le début des nouvelles séries Ultimate, nous aurons droit à une transition faisant le point sur l'état des différents groupes de héros. A paraître en janvier dans un hors série.

Un petit mot pour finir sur nos amis les vendeurs d'autocollants. En septembre, l'un des rédacteurs de Panini nous avait gratifié d'une réflexion particulièrement stupide sur l'âge supposé des lecteurs (Vance avait également relevé cette énormité sur son blog). Cette fois, c'est Christian Grasse himself qui s'y met avec une tirade sur l'importance des cheveux (sic) qu'il conclut par "à votre âge, vous n'en êtes pas encore conscient" (il ne met pas de "s" par contre, donc je ne sais pas s'il a décidé de vouvoyer un gamin imaginaire ou bien s'il a le même niveau de français que les traducteurs qu'il emploie). Une telle méconnaissance du lectorat et un tel mépris des lecteurs adultes laissent pantois... ces gens, en plus d'être totalement incompétents au niveau de l'adaptation des oeuvres dont ils ont malheureusement la charge, n'ont pas la plus petite idée de la composition des amateurs de comics.
Vivement que ce soit Darty ou Lidl qui reprennent les droits Marvel. Ce ne sont pas non plus des éditeurs mais ça ne pourra pas être pire question idées reçues et âneries.

Un décor cauchemardesque pour une conclusion qui manque un peu d'émotion (si l'on excepte le comique involontaire de Panini).