09 décembre 2009

Marvel Universe : War of Kings

Le Marvel Universe #18 lance le coup d'envoi de la nouvelle grande saga cosmique de la Maison des Idées : War of Kings.

La revue s'ouvre sur le one-shot Secret Invasion : War of Kings. Après que le véritable Blackagar Boltagon (Flèche Noire) soit revenu sur le trône, les Inhumains sont déterminés à riposter durement aux actes hostiles des skrulls. Pour cela, Black Bolt a décidé de "donner de la voix" et d'utiliser les armes inventées par Maximus.
Ce premier prologue est scénarisé par Andy Lanning et Dan Abnett (Nova, Guardians of the Galaxy, Massacre à la Tronçonneuse). On assiste à la froide colère de Black Bolt, menant derrière lui des inhumains qui ont décidé d'en finir avec leur destin d'exilés perpétuels et de victimes. Les habitants d'Attilan ne s'arrêtent d'ailleurs pas aux seules forces skrulls et, déjà, soumettent leurs propres créateurs krees. Dessins de Paul Pelletier et Bong Dazo pour un épisode de 38 planches vraiment agréable à lire. L'on peut cependant regretter que les inhumains ne soient pas un peu mieux présentés - dans l'histoire en elle-même ou par Panini en annexe - afin que d'éventuels nouveaux lecteurs puissent s'y retrouver.

La deuxième partie est consacrée à la mini-série X-Men : Kingbreaker. Le scénario est signé Christopher Yost, la partie graphique a été confiée à Dustin Weaver.
On laisse les inhumains pour retrouver Vulcan à la tête de l'empire Shi'ar. Il est d'ailleurs toujours aussi remonté. Non content de torturer l'un de ses frangins (Havok) qu'il retient captif, le souverain a décidé de se lancer dans une politique d'expansion territoriale assez radicale. Et lorsque des émissaires du Conseil Galactique viennent lui demander quelques éclaircissements sur ses intentions, il les crame jusqu'à l'os. Ce qui n'est certes pas très diplomate comme attitude, mais au moins ça a le mérite d'être clair.
Comme cela était prévisible, Vulcan se révèle un empereur quasi suicidaire et fort peu préoccupé par le destin de son peuple. Il va même aller jusqu'à monter une nouvelle garde impériale composée de criminels (du genre coriace hein, pas le type qui a braqué un Lidl, plutôt le style à bouffer la caissière et les clients).
A part Havok, déjà cité, Rachel Grey, Korvus (le porteur de la Lame du Phénix, cf notamment X-Men #128) ou encore Polaris sont de la partie. Tout cela est plutôt sympa même si les Starjammers ne sont pas l'équipe cosmique la plus charismatique du moment (ça manque de ratons laveurs et d'arbres non ?).

Une bonne mise en train pour cette nouvelle épopée cosmique.