27 mai 2014

Ghosted : Mission Fantôme

C'est à une chasse aux fantômes que l'on est convié dans Ghosted, récemment publié chez Delcourt.

Jackson Winters est un brillant voleur qui croupit en prison après un casse raté. Lors d'une fausse émeute, il est exfiltré et conduit auprès d'un riche vieillard qui lui propose, pour compléter sa collection d'objets ésotériques, d'aller dérober... un fantôme !
Pour cela, Winters va réunir une équipe composée d'un vieux magicien, d'un sceptique spécialiste des arnaques, d'une médium et de deux traqueurs d'esprits, vedettes d'une émission de télévision.
Le groupe entreprend d'explorer, de jour, le manoir Trask. Un lieu idéal pour y trouver des revenants, puisqu'il a été le théâtre de morts aussi variées que tragiques.
Mais voler un fantôme est loin d'être simple...

Le scénario est de Joshua Williamson, les dessins de Goran Sudzuka.
Un braquage surnaturel, voilà qui n'est pas courant. Et ce premier tome possède de réelles qualités. Dès les premières planches, les auteurs installent habilement le personnage principal, à l'aide d'ailleurs de scènes parfois assez osées. Williamson va présenter le reste de l'équipe de la même manière : ça va vite, mais chaque personnage est suffisamment mis en scène et caractérisé pour avoir une identité propre.
La fameuse maison et les esprits qui l'habitent ont assez de cachet pour installer l'ambiance effrayante adéquate (avec passages secrets, tableaux bizarres qui vous suivent du regard et autres couloirs sinistres).

Si l'on ajoute à ça de bons dialogues, l'on commence à avoir un bilan franchement réjouissant. Malheureusement, l'épisode final (ce premier arc, qui constitue un récit complet, en compte cinq) est un peu en dessous et la conclusion tirée par les cheveux. Les possessions semblent trop faciles et l'attitude de certains personnages (Anderson Lake en tête) fort peu crédible.
L'ensemble reste sympathique, mais le choix de basculer vers du spectaculaire et des spectres trop "rock n'roll" gâche un peu la fin. C'est d'autant plus dommage que la vaste demeure - largement inspirée de la bien réelle maison Winchester - ne manquait pas de charme. 

Les amateurs de paranormal devraient apprécier, bien que la série échoue - de peu - à s'imposer comme une référence absolue en la matière. 

+ de bons personnages
+ la maison idéale
+ un braquage franchement original
- une fin bâclée qui manque de logique et casse l'ambiance