19 mai 2014

Planet Hulk : à ne pas manquer

Hachette continue à taper très fort avec la réédition de l'excellente saga Planet Hulk.

Je n'aime pas tellement Hulk en général. Le grand géant vert ne m'intéresse pas plus que ça, allez savoir pourquoi. Mais, au-delà d'un personnage et de son univers, bien souvent, c'est un scénariste que l'on aime ou non. C'est le type derrière les planches qui fait que l'on bascule entièrement ou que l'on reste froid. Et si ce type est suffisamment doué, peu importe le personnage ou le pitch que les pontes de la Maison des Idées lui imposent, il en fera un conte, quelque chose qui finira par vous happer et vous arracher même, peut-être, quelques larmes.
C'est le cas ici.
Parce que c'est une putain de sacrée bonne histoire.

Greg Pak est au scénario. Et il est conscient d'avoir écrit là, avec Magneto : Le Testament, ses deux œuvres les plus abouties, bien que dans des genres différents. Encore que...
Mais, remettons rapidement les choses dans leur contexte. Les Illuminati - un groupe aussi secret que puissant - décident de régler le "cas" Hulk. Ce dernier ayant causé de lourds dégâts, notamment à Las Vegas, ils décident de le prendre au mot et d'exaucer son souhait de finir seul. Tout seul. En l'expédiant sur une planète inhabitée, dans une autre galaxie.
Malheureusement, ou heureusement pour le gros balèze vert, il aboutit en fait sur un endroit très peuplé. 

L'idée de départ, à l'époque, est de Joe Quesada. En gros, faire combattre Hulk, en tant que gladiateur, dans un endroit hostile. Tout le reste est de Pak. Autant dire qu'il réussit à mener à bien l'idée et même à la dépasser, en insufflant tout ce qu'il est possible (et même un peu plus) dans un truc aussi basique et improbable, pour faire vibrer le lecteur.
Le monde, déjà, est suffisamment varié pour être intéressant. Si le côté culturel repose sur une sorte d'empire romain technologiquement boosté, les différentes races et luttes permettent d'aboutir à un ensemble complexe mais plausible et cohérent.

Contrairement à ce que l'on pourrait croire, le récit n'est en rien "bourrin" (au contraire d'un World War Hulk par exemple). Si l'arène permet de voir de beaux combats, c'est à dire de belles planches, essentiellement par Carlo Pagulayan, ce qui se développe sur Sakaar dépasse largement les gnons, les coups de pied circulaires et les jolies techniques d'épée. 
Très vite, Pak va faire de ses personnages, très différents, des "liés en guerre", des frères d'armes. Mais, surtout, il va donner une profondeur essentielle à chacun, pour que l'on puisse éprouver ce que ressent Miek, le déruché, ou encore pour que l'on comprenne les agissements et la trahison d'une Ombre.

Après avoir pris soin de construire des lieux et une organisation sociale crédibles, puis des personnages ayant un vrai passé, des caractères différents, Pak nous balance, au milieu des luttes politiques, des moments d'une rare intensité. Comme lorsque la flore renait grâce au sang vert, ou, mieux encore et plus poignant, lorsque Caiera, en attendant le pire, serre fort un enfant contre elle et lui demande de fermer les yeux alors qu'il pleure et avoue avoir peur. Cette tragédie absolue, ce maelström de sentiments, a rendu la saga épique, légendaire, essentielle. Un comic indispensable pour ceux qui vouent un culte à Hulk ou souhaiteraient simplement le découvrir.

Niveau bonus, c'est plutôt sympa. Deux pages sur Pak qui explique un peu son travail. Puis deux pages présentant les habitants de Sakaar, avec deux cartes, un peu petites mais pas trop mal faites. Enfin, deux autres pages présentent six des personnages principaux, avec des informations sur leurs origines et leurs pouvoirs. Les bonus ne volent pas leur nom. Si les cartes avaient été plus grandes, c'eut été parfait. 
Etant donné que ce volume contient huit épisodes (avec les covers grand format), ces six pages de bonus, plutôt pertinentes, sont tout à fait appréciables. Par contre, contrairement à ce que l'on avait pu penser lors de cet entretien, les textes ne semblent aucunement retravaillés, les mêmes coquilles (heureusement peu nombreuses ici) se retrouvant très exactement aux mêmes endroits que dans le Monster, distant de plusieurs années.

Une tragédie immense, peuplée de personnages originaux et fouillés. 
Grand, beau, intense.

+ Pak, magique sur ce titre
+ environnement crédible et travaillé
+ grosse charge émotionnelle pour certaines scènes
+ un Hulk différent
+ le tout est très accessible...
+ et enrichi par des bonus utiles !
- pas de corrections au niveau des (rares) coquilles