10 décembre 2007

Guerres Secrètes

Le Marvel Best Of consacré à Secret Wars (à ne pas confondre avec Secret War, prévu en Deluxe et, lui aussi, repoussé) vient enfin de sortir après l'habituel retard paninien.

Alors, on nous promettait un magnifique coffret, bon, il n'est certes pas hideux, m'enfin, ça reste très... sobre. Pour ne pas dire simple. Pas de quoi se péter un tendon d'admiration. Passons donc tout de suite à l'histoire.
Le Beyonder, un être d'une puissance phénoménale, enlève les principaux héros et vilains de l'univers Marvel et les rassemble sur Battleworld, une lointaine planète qu'il a créée afin de doter les surhumains d'un joli terrain de jeu sur lequel ils vont pouvoir s'affronter, le vainqueur se voyant octroyer rien de moins que tout ce qu'il désire.

Niveau dessin, pas de surprise, ce n'est pas très joli, c'est même très moche (ne vous fiez pas à l'illustration de la couverture, l'intérieur n'est pas du tout du même acabit) en comparaison des standards actuels, mais bon, en 1985, c'était la norme et l'on ne peut pas en vouloir à Mike Zeck et Bob Layton. Contre toute attente, c'est le scénario de Jim Shooter qui a le moins bien vieilli. Tout cela n'est guère passionnant, c'est le moins que l'on puisse dire. Pourtant, à la même époque, sortaient Watchmen ou Dark Knight qui faisaient déjà preuve d'une grande modernité. Malheureusement pour Secret Wars, l'on s'adresse ici essentiellement à un public enfantin, du coup l'on a droit surtout à une suite de combats sans grand intérêt entrecoupés par des dialogues soporifiques. On l'aura compris, en ce qui concerne la narration, c'est tout simplement épouvantablement mauvais, j'ai vraiment dû me forcer pour arriver au bout, même les strips de Lee et Romita, édités récemment en VF, étaient plus agréables à lire.

Pas grand chose de positif à retirer de tout cela à part peut-être, pour les plus jeunes, l'occasion de voir comment le Tisseur récupère le symbiote qui donnera par la suite Venom. Le contenu éditorial est assez faible, en plus des covers originales, l'on ne trouve qu'une courte introduction de Tom DeFalco et un épilogue de deux pages signé Barry Dutter.
Un achat à réserver aux collectionneurs nostalgiques ou aux amateurs de sagas désuettes et kitsch.

ps : ajout de Bullseye dans les Figurines Marvel.