14 février 2009

Lancement de Marvel Saga

On retrouve la série Punisher War Journal dans une nouvelle revue Panini intitulée Marvel Saga.

Frank Castle ne tue pas forcément toujours les criminels qu'il traque. Il se contente parfois de les esquinter. Encore et encore. C'est le cas de Puzzle dont le visage porte les traces de sauts improvisés à travers quelques fenêtres. L'apprenti cascadeur en ayant un peu marre de se faire recoudre la trogne, il abandonne fils et aiguilles pour mettre au point un plan de vengeance censé faire passer le Punisher pour un terroriste aux yeux des autorités.
Ce n'est pas tout, Puzzle va également s'en prendre aux rares proches de Castle et mettre sa tête à prix (50 millions d'euros tout de même). Les économies de toute une vie suffiront-elles à le protéger de la punition ultime ? Pas sûr, d'autant que le Punisher a maintenant envie de rajouter quelques pièces au Puzzle.

L'on parle décidemment beaucoup du Punisher cette année. Après la sortie du tome #12 de la série Max en janvier puis un Best Of lui étant consacré (dans lequel il était déjà question du fameux Puzzle d'ailleurs), voilà la suite du Punisher War Journal de Matt Fraction. Les épisodes de la série étaient jusqu'ici publiés dans Marvel Icons Hors Série (depuis le Marvel Icons HS #11 précisément pour les premiers). C'est donc maintenant Marvel Saga qui prend le relais. Le titre est censé contenir, la plupart du temps, des sagas complètes, ce qui n'est en fait pas le cas pour ce premier numéro. Le début de l'arc Puzzle est précédé par deux one-shots dont l'un est centré sur les rescapés de l'attaque de Castle contre le bar où la pègre s'était réunie lors des funérailles de l'Homme aux Echasses (cf le Marvel Icons HS #11 précédemment cité). Fraction parvient à rendre les vilains pathétiques et presque émouvants, torturés qu'ils sont par un Punisher implacable. Les douloureuses conséquences de sa croisade sont montrées avec habileté.
Ceci dit, il faut avouer que des criminels comme le Gibbon ou Princesse Python n'ont jamais été vraiment bien terrifiants. De là à en faire des victimes... mais la démarche est originale et plutôt efficace.
Signalons que Rick Remender (on dirait un nom inventé par Stan Lee) co-scénarise les épisodes #19 et #20.

Passons à la partie graphique avec des dessins de Howard Chaykin. Le gusse avait déjà officié sur l'autre on-going du Punisher aux côtés de Parlov et Ennis ainsi que sur Wolverine. Bon, il ne s'est pas amélioré, c'est un fait. C'est amusant d'ailleurs car Christian Grasse, dans son édito, se pâme d'admiration devant "toute l'étendue de son art". C'est l'âge. La vue baisse.
Postures improbables, tronches épouvantables, proportions plutôt bizarres, on ne peut pas dire que ce brave Chaykin soit à l'aise avec le corps humain, son talent ne s'étant visiblement pas "étendu" jusqu'à un bouquin d'anatomie. Pour la variété des visages, il faudra repasser aussi, Puzzle, son fils et le Punisher ayant le même (on dirait des triplés). La représentation des blessures est également assez peu réussie : les gerbes de sang ressemblent à des étoiles de mer en plastique posées sur les personnages et la cavité orbitale d'un type ayant l'oeil arraché est simplement masquée par une tache rouge censée faire office d'horrible blessure... du coup, voilà qui justifie pleinement le macaron "pour lecteurs avertis" présent sur la couverture. Des planches aussi moches, ça peut surprendre. ;o)
Heureusement, les covers de Alex Maleev permettent, elles, de se rincer l'oeil après autant d'agressions visuelles.

Cinq épisodes plutôt réussis desservis par un style graphique maladroit voire parfois franchement laid.