18 octobre 2007

Cercle Vicieux

Sortie ce mois du troisième volume consacré à Ghost Rider dans la collection 100% Marvel. Daniel Way, auteur de Wolverine : Origins, s'occupe du scénario tandis que les dessins sont l'oeuvre de Javier Saltares et Mark Texeira.

Le tome 2, reprenant la mini-série de Ennis et Crain, m'avait laissé une bonne impression, mais pour le relaunch de la série régulière, le sentiment est plus mitigé. Johnny Blaze s'échappe de l'enfer mais entraîne involontairement avec lui Mephisto (ou Satan, peu importe, vous savez, le gars avec des cornes là, patron d'un club très select où le chauffage est poussé à fond). Cependant, ce dernier n'ayant pas le pouvoir, au contraire de Blaze donc, de passer d'un plan à un autre, son esprit est réparti entre 666 individus que notre Ghost Rider devra retrouver et liquider.

Le pitch n'est pas trop mal, seulement dans les faits, ces 5 épisodes ne sont guère folichons. Déjà, il ne s'agit pas d'un arc complet, l'histoire s'arrêtant en plein milieu de nulle part, mais bon, à la limite, ce n'est pas le plus gênant. Ce qui pose problème c'est que l'on a autant envie de lire la suite que d'assister à une conférence sur les bienfaits du yaourt à travers les siècles. La faute en revenant principalement à une narration plate et sans grande inspiration. Ni suspens, ni moments drôles ou émouvants, bref, là où Ennis nous aurait fait quelque chose d'assez rock n' roll, Way nous pond une saga directement adaptable en Derrick. Ce sont nos amis allemands qui vont être contents devant ce bel hommage ! Même l'intervention, assez longue, du Dr Strange donne lieu à un combat insipide et arythmique.

Le petit speech intérieur nous apprend que Ghost Rider n'a pas encore retrouvé sa popularité d'antan. Ce n'est pas avec cette saga que cela risque de s'améliorer. De même, on nous affirme que le motard enflammé est en passe de devenir l'un des "piliers de l'univers Marvel", ce qui semble pour le moins fort exagéré (voire même n'importe quoi étant donné qu'il ne tient aucun rôle central dans le dit univers ni dans aucun des grands évènements récents).
Bref, un comic bien fade que l'on prendra soin d'oublier rapidement.