12 janvier 2009

Les Nazis ont marché sur la Lune !

Petit plongeon dans une série totalement atypique avec ce tome #0 de Mutafukaz : It Came From the Moon !

1935. Un équipage allemand part pour la lune à bord du "Der Zorn Gottes", un zeppelin gigantesque propulsé par des fusées V2. Les pionniers ne tardent pas, à leur arrivée, à se faire attaquer par un monstre local, lui-même anéanti par de providentiels sauveteurs. Le premier contact entre les Atlantes et les Nazis vient d'être établi...
Au même moment, la Lucha Ultima tente de mettre la main sur l'un des mythiques 13 crânes de cristal maya censés dévoiler, lorsqu'ils sont réunis, les secrets de l'origine de l'humanité. Malheureusement, les SS sont passés par là et ont emporté l'une de ces reliques avec eux. Pour tenter de retrouver le précieux objet, un petit groupe de catcheurs part pour une Europe qui, déjà, tremble sous les bruits de bottes.

Nous voici ici devant quelque chose de plutôt original, aussi bien au niveau de l'histoire que de la forme. Tout d'abord, si vous n'avez pas lu les tomes #1 et #2 de la série, rassurez-vous car il s'agit ici d'une préquelle, totalement abordable par les nouveaux lecteurs donc.
Le scénario est de Guillaume Renard, alias RUN, un jeune auteur fan de science-fiction "old school", de séries Z et de catch mexicain, un cocktail tout à fait perceptible ici. Le ton est très particulier, d'autant que l'auteur mélange faits historiques réels et évènements complètement improbables dans une sorte d'hommage aux comics des années 50 voire même à la littérature "pulp" en général. Extraterrestres, civilisations disparues et ésotérisme au kitsch assumé sont les ingrédients de cette épopée décalée et nostalgique. L'ambiance va du très drôle (lors de l'arrivée des catcheurs en Allemagne notamment, avec un joli choc des cultures) à l'action pure et dure (toujours old school dans son déroulement) en passant même par une petite pointe dramatique.

Les dessins sont de RUN lui-même et Bicargo (tiens, il n'a pas de prénom). C'est essentiellement du Noir & Blanc (à part quelques planches finales qui sont, elles, colorisées) très rétro (avec les fameux petits points censés nuancés les zones) au départ mais parfois très moderne (les scènes de catch font parfois un peu "manga"). Une trouvaille graphique, toujours issue des scènes sur le ring, à signaler : l'effet qui consiste à montrer les os d'un corps qui se prend un choc, un peu comme une radio. Très parlant. D'autres plans peuvent par contre rappeler Frank Miller par exemple. Les images semblent, au final, être aussi hétéroclites que le récit.
Mais cette BD ne peut pas se résumer à ses seuls scénario et aspect graphique. Tout le livre a été traité, du début à la fin, comme un objet complet, beau et très riche. On commence par la couverture, à l'aspect vieilli, qui a vraiment de la gueule dans une bibliothèque (tiens, vous verrez, il y a même une fausse étiquette sur la quatrième de couverture, on a toujours envie de gratter pour l'enlever !). Le lecteur va trouver également une petite galerie de croquis mais aussi de fausses covers de fascicules ou encore une parodie de courrier de lecteurs. Et cela ne s'arrête pas là, on a encore de faux articles de magazines ou journaux, de nombreux encarts, des blagues, des "le saviez-vous ?" et des pubs à l'ancienne (avec la parodie de ce fameux truc que vous avez tous vu - si vous n'êtes pas trop jeune - où l'on vante les mérites d'une méthode destinée à changer un gringalet en montagne de muscles).

Enfin, petite touche d'originalité supplémentaire, 16 pages sont en relief. Vous trouverez donc une jolie paire de lunettes 3D à l'intérieur de l'ouvrage. Attention tout de même, le filtre vert doit se trouver sur votre oeil droit si vous voulez que cela fonctionne correctement (les lunettes de mon exemplaire étaient pliées à l'envers, mais bon, il suffit de remettre le tout dans le bon sens). Alors, évidemment, ça n'apporte pas grand-chose ce relief, ça ne marche même pas toujours très bien, mais c'est tout à fait dans l'esprit de l'oeuvre et de l'époque qu'elle parodie (ou à laquelle elle rend hommage). La première page bénéficiant de cette "technologie" fait tout de même son petit effet et l'on se surprend à passer la main dessus bêtement en rigolant comme un benêt. Sisi, ça devrait vous le faire aussi. ;o)

Voilà un livre fort bien pensé dans son ensemble et au charme désuet mais indéniable. Plus de 160 planches disponibles pour moins de 20 euros et publiées par Ankama Editions.

Galerie
(cliquez sur les images pour obtenir la taille réelle)