03 juin 2010

Amazing Spider-Man fête son 600ème épisode

Le Spider-Man #125 de ce mois est consacré à un anniversaire, un mariage et un retour attendu.

Numéro spécial pour la revue du Tisseur qui commence avec le 36ème annual de sa série historique. Le scénario est de Marc Guggenheim, les dessins de Pat Olliffe. Le récit débute par le dîner de fiançailles des deux tourtereaux du moment, autrement dit Jonah Jameson Sr et May Parker. Si l'on fait l'effort de mettre de côté l'idiotie d'une telle idée (May est tout de même très en forme pour quelqu'un qui faisait déjà office de vieil ancêtre dans les années 60), le scénariste ne s'en sort pas si mal. Il faut avouer que les échanges entre Peter et Jameson junior sont plutôt drôles.
Parker a tout de même du mal à se sentir très à l'aise, d'autant que l'une de ses tantes le traite de bon à rien et qu'il flashe sur ses cousines. Ces derniers temps, il est rare de le voir sensible au charme féminin, et là ça tombe sur sa famille. Pas de bol.
Peter va cependant vite avoir d'autres soucis plus importants puisqu'il se fait agresser, dans les toilettes, par un type bien décidé à le descendre. Le final remet sur le devant de la scène un personnage dont on n'avait plus parlé depuis longtemps. Je n'en dis pas plus pour ne pas vous gâcher la surprise.

On passe ensuite à la plus importante partie du mensuel avec l'Amazing Spider-Man #600. Pour ceux que cela intéresse, je rappelle qu'il existe un ouvrage retraçant l'histoire de la série, de 1962 à 2003, au travers de ses covers (500 donc, plus les annuals). Pour en revenir à l'épisode du mois, il est bien sûr plus long que d'habitude pour marquer le coup (62 planches). Le scénario est de Dan Slott et les dessins de John Romita Jr.
Pour l'occasion, les auteurs ont fait revenir un vieil ennemi historique de Spidey, qui a d'ailleurs aussi failli épouser la tantine, je veux bien sûr parler de ce brave Octopus. Ce dernier tente de prendre le contrôle de New York grâce à de petites pieuvres mécaniques et un dispositif basé sur ses ondes cérébrales. Bof, on a déjà vu mieux comme histoire. Par contre, une curiosité ; alors que Spider-Man a fait toute une histoire avant de révéler son identité secrète aux Vengeurs et aux Fantastic Four, voilà qu'il manque de la révéler spontanément à Daredevil. C'est ce dernier, qui ne lui avait rien demandé, qui le raisonne et lui demande de garder ses confidences pour lui. Pour une fois qu'il souhaite dire qui il est, il tombe sur la seule personne qui s'en tape !

Bon, on a droit au fameux mariage, célébré par le maire de New York en personne, donc Jameson fils. Comme quoi, Quesada ne déteste pas tous les mariages... il estime juste qu'il faut attendre que les personnages soient mûrs.
La fin de la cérémonie permet surtout d'assister au retour (un peu téléphoné tout de même) d'un personnage important. Reste à savoir comme cela va être exploité par la suite. Pour ce qui est des histoires courtes accompagnant le numéro #600 en VO, Panini annonce qu'elles seront publiées dans le prochain numéro. Comme quoi ils sont gentils, ils préfèrent ne pas mettre de bonus afin de ne pas risquer de dépareiller notre collection avec un numéro trop épais.

Des épisodes qui se laissent lire et qui se révèlent assez sympathiques (pour du Brand New Day s'entend).