16 mars 2011

Deadpool : Cinglé et Populaire !

Le mercenaire déjanté du marvelverse possède maintenant sa propre revue dont le numéro #1 est sorti hier. Premier coup d'oeil sur le bimestriel Deadpool.

Il fallait bien que cela arrive, face à la montée en puissance du sieur Wade Wilson et à la multiplication des publications lui étant consacrées aux Etats-Unis, Panini suit le mouvement en accordant une revue spécialement dédiée à ce héros si atypique qui rentre maintenant dans le cercle très fermé des personnages de la Maison des Idées qui se la joue solo dans nos kiosques (un exploit que seuls Spidey et Wolvie peuvent se vanter d'accomplir actuellement).
Techniquement, il s'agit d'un bimestriel de 2 x 22 planches qui est vendu au prix de 3,90 €. Panini a pris le soin de faire un petit topo de présentation du "jeune premier" et l'aspect décalé de la série a été conservé jusque dans les éditos où Christian Grasse "cède" la place à un Deadpool qui s'adresse directement à nous. Bon, ce n'est pas grand-chose, mais on n'est tellement pas habitué au moindre effort de la part des vendeurs d'autocollants que ça méritait d'être souligné.

Voyons plus précisément le contenu, c'est à dire les Deadpool (v. 4) #13 et #14. Tout d'abord, une petite explication pour les éventuels nouveaux venus. Malgré la numérotation française, il s'agit en fait de la quatrième on-going dédiée à Deadpool et l'on est loin de commencer par le début. Cela vient du fait que les premiers épisodes ont déjà été publiés, de manière très anarchique, dans différents ouvrages VF. Les trois premiers se trouvaient dans le Secret Invasion Hors Série #3, les épisodes #4 à #7 sont parus dans le Marvel Monster Dark Reign #1, ensuite l'on peut dénicher les épisodes #8 et #9 dans les mensuels kiosque Dark Reign #4 et #5, puis il faut revenir en librairie, où le Marvel Monster Dark Reign #2 accueille les épisode #10 à #12. Voilà pour ceux qui voudraient tenter cette improbable course d'orientation. Pas de panique toutefois, le début de la série n'est pas indispensable (bien que souvent savoureux) et pourrait même vous apporter plus d'interrogations que de réponses si vous n'avez pas suivi les grands évènements récents, Secret Invasion en tête.

Pour une première immersion dans la folie wilsonienne, coup de bol, nous avons droit à un arc complet (et rapidement expédié). Wade, particulièrement friqué ces temps-ci, décide de partir sur les mers jouer les pirates. Pour cela, il fait appel à Bob (l'agent de l'Hydra que l'on avait découvert dans le premier Monster évoqué ci-dessus) qu'il va transformer en... perroquet. Cela donne une bonne idée de la suite, orchestrée par Daniel Way au scénario et Shawn Crystal au dessin.
Ce joyeux n'importe quoi possède ses bons moments (Wilson en train de négocier l'achat d'un bateau), ses clins d'oeil (l'équipage version Star Trek) mais aussi ses faiblesses, l'absurde et le non-sens pouvant facilement donner une impression de facilité, voire de course à la surenchère.
La suite semble néanmoins prometteuse puisque Deadpool va tenter d'embrasser une carrière de X-Man, une nouvelle orientation motivée par le fait qu'il ait trouvé valorisant d'aider, pour une fois, gratuitement des gens. ;o)

Toujours difficile à aborder, mais amusant avec le recul nécessaire, l'on ne peut que souhaiter une belle aventure kiosque à ce frappadingue de Deadpool.