09 mars 2011

Marvel Icons : Prime Elements

Relaunch de New Avengers et double ration de Fantastic Four dans le Marvel Icons (v2) #2 de ce mois.

La revue commence par New Avengers, deuxième du nom. La série perdure car, malgré l'abrogation de la loi sur le recensement des surhumains et la fin de la clandestinité pour l'équipe rebelle, il y aura bien deux formations de Vengeurs distinctes (cf la première ici). Celle de Luke Cage hérite même du manoir, rénové et vendu pour un dollar symbolique par Tony Stark (pas certain que l'entretien soit aussi bon marché).
Niveau composition, la surprise vient du recrutement de Ben Grimm, alias la Chose, membre bien connu des Fantastic Four. Pour les autres, rien d'extraordinaire, si ce n'est tout de même l'ajout de Victoria Hand, qui après avoir bossé pour Osborn est maintenant rattachée aux New Avengers sur demande de Steve Rogers.
Le scénario est de Brian Michael Bendis, les dessins sont de Stuart Immonen. Une première menace, de nature magique, apparaît déjà. L'épisode est globalement agréable mais l'on peut regretter le double-emploi de certains personnages qui feront partie... des deux équipes de Vengeurs ! Wolverine en plaisante même, en énumérant les groupes dont il fait partie (et encore, il ne parle pas de X-Force). Spidey et Hawkeye se retrouvent également dans les deux formations si je ne me trompe pas, ce qui fait tout de même beaucoup. Ce ne sont pourtant pas les héros qui manquent... pour Logan et le Tisseur, éditorialement, on comprend la logique même si on peut la regretter, mais pourquoi diable mettre également Hawkeye partout ?

On poursuit avec Invincible Iron Man. Tony Stark va mieux et après avoir été rebooté comme une vulgaire bécane, il tente maintenant de rebâtir sa fortune. Ce qui devrait être faisable puisqu'il a dans l'idée de résoudre les problèmes énergétiques du monde grâce à ses fameux répulseurs. Evidemment, tout ne sera pas si simple et, de leur côté, Justine et Sasha Hammer profitent du retrait de Stark du domaine militaire pour commercialiser Detroit Steel, une machine conçue pour être déployée sur toutes les zones chaudes du globe. Pour ajouter un peu de fun à l'affaire, et accessoirement quelques dollars dans leurs poches, les Hammer vendent également d'anciennes armes Stark Industries au camp opposé, c'est à dire les terroristes.
Scénario de Matt Fraction et dessins de Salvador Larroca. Technologie et monde des affaires, du classique donc.

Retour également aux fondamentaux pour Fantastic Four dont les deux épisodes présents ici mettent clairement en avant le côté "explorateur de mondes fantastiques" de la bande. On commence par un voyage sous terre, alors que Subterranea, le monde de l'Homme-Taupe, est menacé par un petit souvenir laissé par le Maître de l'Evolution. L'on part ensuite pour l'Antarctique, et plus précisément un immense lac situé sous la surface. Là, les FF vont découvrir trois anciens peuples d'Atlantis dont l'habitat a été préservé : les Uhari (des ouvriers, ressemblant à des poissons), les Chordai (qui ont l'aspect d'anguilles et cultivent une tradition guerrière) et enfin les Mala (des légalistes à l'apparence de crabes). Les amateurs de plateaux de fruits de mer vont se régaler ! ;o)
L'histoire est écrite par Jonathan Hickman et dessinée par Dale Eaglesham. Je l'ai déjà avoué à maintes reprises, je ne suis pas un grand fan des FF mais ces épisodes se révèlent plutôt bien réalisés (sauf peut-être la partie sous-marine, sans dialogues, un peu confuse) et rythmés. Jane (Sue) y tient un rôle important qu'il est bien rare (mais ô combien jouissif) de la voir endosser, sa petite rébellion pendant la guerre civile n'ayant finalement pas permis au personnage de s'extraire de son rôle d'épouse soumise à son robot pensant de mari (tiens, il y a un peu de Sheldon Cooper en Reed, en moins drôle).

Un bilan global positif et marqué par une volonté généralisée de retour aux sources qui découle très logiquement de l'entrée dans cette nouvelle période "Heroic Age".