03 août 2011

Spider-Man : Chasse à Mort

Conclusion des arcs en cours et évènements importants sont au menu du Spider-Man #139 de ce mois.

C'est par le maintenant traditionnel Astonishing Spider-Man & Wolverine que la revue débute. Jason Aaron et Adam Kubert offrent un final plutôt réussi au binôme. Après de nombreux bonds dans le temps, Peter et Logan se retrouvent au Far West, Wolvie dans le rôle d'un chef indien et notre Tisseur dans celui d'un apothicaire dont les six-coups tirent... de la toile.
Les dernières planches installent un climat doux-amer assez émouvant qui joue notamment sur la solitude et la souffrance des deux héros. Une ambiance plus calme donc - et plus triste - après l'action et la folie qui ont précédé.

On passe ensuite à Amazing Spider-Man avec le dénouement de l'affrontement opposant la "Spider Family" au clan Kraven. Le scénario est de Joe Kelly, les dessins de Michael Lark. Ce dernier, que l'on avait déjà vu officier sur Daredevil, donne à l'univers du Monte-en-l'air un aspect plus sombre qui s'avère des plus intéressants.
Il faut dire que le récit possède son lot de rebondissements dramatiques, que ce soit l'assassinat de Mattie Franklin (l'une des anciennes Spider-Women, vue notamment dans Alias), le retour de Kayne (cf la célèbre Saga du Clone) ou l'enlèvement de Madame Web, Julia Carpenter et de la jeune Araña (qui deviendra par la suite la nouvelle Spider-Girl, série VO déjà évoquée ici et qui ne sera pas publiée par Panini). Les épisodes du mois sont de la même veine, avec quelques morts de plus et une transmission de pouvoir assez inattendue.
Un signe qui ne trompe pas : le brave Peter endosse son costume noir. En général, il se fringue comme ça quand on touche à sa tantine (cf Back in Black) et qu'il veut se donner un genre badass. Evidemment, je ne vais pas dévoiler grand-chose en disant qu'il ne va flinguer personne, par contre, il fait preuve il est vrai d'une violence inhabituelle (notamment à l'encontre de la "pauvre" madame Kraven).

Les auteurs parviennent ici à rendre un peu de profondeur à un Spidey qui en avait été dépossédé suite aux manoeuvres quesadiennes (petit rappel). L'arc aurait pu sans doute être plus épique encore, mais le rassemblement de toutes les Araignées et la lutte contre un Kraven qui retrouve les élans tragiques du passé (cf La dernière chasse de Kraven) permettent de bâtir une intrigue consistante et agréable à suivre.

L'on termine ensuite par un récit, franchement décalé, tiré d'un annual. Il est écrit par Kurt Busiek et dessiné par Pat Olliffe. Stan Lee himself fait partie de la distribution et propose même au Tisseur de publier une série basée sur ses aventures !
Rien de bien extraordinaire si ce n'est une allusion à la manière très négative dont les comics ont parfois été considérés par le passé (beaucoup de "journalistes" disent encore pas mal d'âneries à leur sujet, mais au moins ne sont-ils plus accusés de corrompre la jeunesse, rôle maintenant endossé par les jeux de rôles et les jeux vidéo).

Une bonne fournée estivale qui donne envie de se plonger dans le prochain numéro, d'autant qu'il reviendra sur l'éviction de Mary Jane et les vilains tours de Mephisto.