04 février 2008

Et si Wanda n'avait pas agi seule ?

Le Marvel Icons #34, paru samedi, accueille la première partie d'un what if basé sur les agissements de la Sorcière Rouge, juste avant la dissolution des Vengeurs (cf ce Deluxe). On y retrouve une sorte de récapitulatif de la situation, des déboires de Stark devant l'ONU, jusqu'au retour "explosif" du Valet de Coeur, en passant par l'invasion Kree. Bon moyen pour les nouveaux lecteurs d'avoir un aperçu des évènements ayant abouti à House of M.
Le scénario est de Jeff Parker (qui a signé récemment les épisodes First Class des X-Men) et les dessins de Aaron Lopresti. Le tout est plutôt sympa, avec un paquet de héros pour le casting et une enquête orientée sur la magie de Wanda pour ce qui est de l'intrigue.

On n'avance pas des masses en ce qui concerne les New Avengers. Ceux-ci continuent à tabasser des ninjas au japon et, parallèlement, à échapper à Stark et au SHIELD aux Etats-Unis. Bon, on assiste tout de même au retour de Clint Barton (qui s'était lancé sur la piste de Wanda Maximoff dans le Marvel Icons #28) et à sa transformation en Ronin (une identité qui, décidément, change vite de détenteur).
Leinil Yu n'étant pas l'un des mes artistes préférés, je passe donc rapidement sur le graphisme qui, sans être vilain, n'est pas le plus séduisant du moment.

Les Knauf et De La Torre continuent à mettre des bâtons dans les roues du tout nouveau directeur du SHIELD, Tony Stark, dans la série Iron Man alors que dans Fantastic Four, Dwayne McDuffie et Paul Pelletier en terminent avec le sauvetage d'Epoch du cruel appétit de Galactus. En prime, l'on apprend ce que va devenir le petit Gravity, pour l'instant protecteur de l'univers malgré son jeune âge (comme job d'étudiant, c'est plus sympa que de travailler au MacDo ça !). Ambiance plutôt cosmique donc.

Pour être franc, signalons que, pour une fois, l'une des lettres du courrier des lecteurs est un peu critique envers Panini. On leur reproche notamment le fait que certaines nouveautés soient très rapidement en rupture de stock et qu'elles ne soient pas rééditées. Il est vrai que des ouvrages comme le Deluxe New Avengers ou celui regroupant la première saison des Ultimates sont indisponibles et qu'il n'est pas aisé de les trouver, même d'occasion. Enfin, ne soyons pas trop naïfs non plus, ce courrier est aussi une manière déguisée de dire "regardez comme nos livres se vendent bien". Comment ça je vois le mal partout ? ;o)
Plus sérieusement, il serait intéressant d'avoir quelques chiffres en ce qui concerne les tirages (et donc les ventes) mais, contrairement à ce qui se fait aux US, Panini ne semble pas avoir trop envie de communiquer là-dessus...

Un numéro qui n'a rien d'exceptionnel mais qui nous fait déjà saliver avec les premières annonces de World War Hulk. A noter qu'il contient l'une des cinq parties du poster géant de Dell'Otto (dont l'artbook est, lui aussi, en rupture de stock ;o)).