03 juillet 2009

Spider-Man : Naissance de l'Anti-Venom

Toujours des skrulls ainsi qu'un Norman Osborn omniprésent au menu de ce Spider-Man #114, débarqué en kiosque ce matin.

On commence par Amazing Spider-Man avec la suite de New Ways to Die. Parker doit faire face aux Thunderbolts qui débarquent directement dans son salon ! Leur chef, Norman Osborn, a été engagé par Randall Crowne, candidat à la mairie de New York, afin de se débarrasser de Spider-Man. Bien sûr, Osborn a, comme tout le monde, "oublié" la véritable identité du Tisseur mais il sait tout de même qu'il est lié avec un certain photographe...
Menace est de nouveau de la partie mais ces deux épisodes se distinguent surtout par l'introduction d'un nouveau personnage, dont on ne sait pas encore clairement s'il sera un héros ou un vilain : l'Anti-Venom. Une bonne occasion également de remettre Eddie Brock (récemment guéri de ses ennuis de santé) dans la course sans pour autant l'associer aux meurtres et aux excès récents de son symbiote originel.
Le scénario est de Dan Slott, les dessins sont assurés par John Romita Jr. L'espèce de méta-intrigue, commencée depuis plusieurs arcs, continue d'être développée par les auteurs et donne une grande cohérence à l'ensemble. Une bonne fournée donc, avec action, vannes et style "à l'ancienne".

Le troisième épisode de la revue est bien sûr tiré du tie-in Secret Invasion consacré aux proches de Spidey. Jackpot est aux prises avec un super-skrull particulièrement hargneux qui semble renifler l'odeur de Spider-Man jusque sur ses amis. Il n'a pourtant jamais fait de gros câlins à la jolie Jackpot. ;o)
Essentiellement des scènes de course-poursuite ici, avec en prime une nouvelle intervention de Menace. Une petite mention spéciale pour le court résumé du début, conté par Spider-Man en personne alors qu'il se bat encore en Terre Sauvage, une astuce de narration originale qui permet de rappeler du même coup les derniers évènements et l'absence du Monte-en-l'air.
C'est Brian Reed qui est responsable du scénario et les dessins sont l'oeuvre de Marco Santucci.

Enfin on termine avec nos chers Thunderbolts. Ceux-ci ont fait une arrivée remarquée à Washington où ils se sont distingués en mettant une bonne raclée aux skrulls locaux. Norman Osborn - encore lui - passe du coup pour un sauveur providentiel, d'autant qu'il ne rate pas l'occasion de faire son petit numéro devant les journalistes en rappelant, l'air de rien, que si ses troupes ont pu réagir, c'est qu'elles n'utilisent pas la technologie Starktech mais des équipements fabriqués par Oscorp. Il se permet même d'avoir la larme à l'oeil devant les caméras en évoquant les victimes qui auraient pu être sauvées si le gouvernement avait eu la prudence d'utiliser ses produits. Bref, un Osborn délicieusement odieux, comme on l'aime.
Aux commandes l'on retrouve Christos Gage (scénario) et Fernando Blanco (dessin), un duo qui fonctionne plutôt bien.

Signalons que le mensuel contient une autre superbe lithographie de Marko Djurdjevic (voir la photo ci-dessous). Après les X-Men (dans Secret Invasion), c'est donc Spider-Man, Daredevil, Luke Cage et un tas d'autres persos qui sont mis à l'honneur. Et en parlant de mutants, sachez que ce mois de juillet est vraiment celui des bonnes idées chez Panini puisque l'éditeur, à l'occasion de la sortie du 150ème numéro de X-Men, a joint à la revue un portfolio de 16 pages. Le supplément est axé sur les croquis de Simone Bianchi qui commente les petites modifications qu'il a apportées aux costumes de Cyclope, Wolvie, Emma Frost ou encore Colossus.

De bonnes séries à l'intérêt évident encore rehaussé par l'ajout de petits suppléments de qualité. Si ça continue comme ça, je vais vraiment être obligé de me l'acheter ce t-shirt "I love Panini" ! ;o)