09 juillet 2009

X-Men : le point sur les Mutants et leurs séries

La sortie ce mois du 50ème numéro de la revue Astonishing X-Men, ainsi que du 150ème X-Men, nous permet de faire un petit point sur les toujours nombreuses séries X du Marvelverse.

Débutons par Astonishing X-Men, série phare du mensuel éponyme. La nouvelle équipe créative en est au troisième épisode de l'arc Ghost Box. Le scénario est l'oeuvre de Warren Ellis et les dessins sont de Simone Bianchi. La petite bande a déménagé sur la côte Ouest, non loin de San Francisco (l'on a parfois l'occasion du coup d'apercevoir le fameux Céleste Rêveur qui fait maintenant partie des curiosités du coin, cf Les Eternels). Cyclope est le patron de l'équipe et est entouré de sa compagne, Emma Frost, ainsi que de Wolverine, Beast ou encore Armor. Notons également le retour de Tornade qui, visiblement, ne semble pas avoir un calendrier bien rempli malgré son statut de reine du Wakanda.
Le groupe enquête sur un meurtre et des mutants assez étranges, le tout en collaboration avec les autorités de San Francisco. La piste les mènera jusqu'en Chine où ils découvrent une zone fantôme imperméable à tout type de scanner mais ayant pourtant subi les effets du Jour M.
Cette première histoire d'Ellis est fluide, intéressante et bien dialoguée, ce qui n'était pas toujours le cas des récits de l'époque Whedon. Graphiquement, c'est assez beau malgré parfois une petite impression de fouillis sur certaines cases, peut-être due à une colorisation un peu trop uniforme. Enfin, l'on a droit à des relations entre les personnages plutôt bien développées, et le tout avec une pointe d'humour. Bref, une barque bien menée, ce qui n'a rien d'étonnant de la part d'un type de la trempe d'Ellis.

Alors, vous serez peut-être surpris de découvrir sur la cover d'Astonishing un logo She-Hulk. En fait, il s'agit simplement d'un épisode indispensable à l'arc He Loves You, qui commence et se termine dans X-Factor. Toujours Peter David aux commandes, secondé ici par Larry Stroman pour la partie dessin. Evidemment, vu le titre, vous vous doutez qu'il s'agit d'un tie-in Secret Invasion. La rencontre entre l'équipe de Madrox et Jennifer Walters est plutôt explosive, la cousine de Banner se battant tout d'abord avec la jolie - et caractérielle - Monet, puis avec Madrox et des dizaines de ses doubles.
Malgré leurs différends, ils parviennent tout de même à mettre une raclée au skrull de service, une sorte de Talisman vivant. Notons la présence de Darwin, le mutant évoluant suivant son milieu ou les menaces auxquelles il doit faire face.
Le mensuel se termine par le retour des Exilés, une série relativement répétitive à l'intérêt limité, surtout en comparaison de Cable et X-Force, aux abonnés absents pour ce mois.

Nous passons ensuite à la revue X-Men avec Uncanny X-Men. Toujours la côte Ouest donc, mais avec cette fois un peu plus de monde dont Rocket, Mirage ou encore Karma. Les X-Men se battent contre un groupe de fanatiques anti-mutants (oui, encore !) qui comptent Empath dans leurs rangs. Quelques scènes parfois très dures, comme le passage à tabac de la douce Megan Gwynn, alias Pixie, qui se fait briser les ailes par une bande d'abrutis sans cervelle au courage inversement proportionnel à l'intelligence (oui, je sais, c'est une BD, mais ce genre de très gros cons existe malheureusement aussi dans la vraie vie, l'un de mes voisins en ayant fait récemment la cruelle expérience... trois contre un pour mettre un sexagénaire dans le coma, et pas une ligne dans le journal local... mais où sont nos X-Men ? Bon, revenons à la fiction, c'est moins triste).
Le scénario est le résultat du travail commun de Matt Fraction et Ed Brubaker, les dessins sont à porter au crédit de Greg Land. Bien écrite et bien illustrée, cette saga permet également de découvrir un peu mieux le nouvel environnement de l'équipe, Scott ayant décidé de créer à San Francisco un complexe communautaire accueillant les mutants du monde entier (rappelons qu'ils ne sont plus très nombreux et qu'ils ont toujours été plutôt assez mal vus partout ailleurs).
Le ton est moderne, positif, parfois un peu osé (une petite touche de sado-maso) et l'ensemble est rafraîchissant et dépaysant.

Deuxième partie de Walkthrough ce mois dans X-Men : Legacy. Le professeur Xavier, toujours aussi arrogant et à la morale géométriquement variable, y est confronté à ses vieux démons et à ses actes passés grâce à une Emma Frost plus classe que jamais. Le plus puissant télépathe du monde a trouvé son maître. Enfin, sa maîtresse.
Scénario de Mike Carey et dessin de Phil Briones. Plutôt pas mal comme résultat, et puis il était temps de rabattre le caquet de cet insupportable professeur X. Qu'il aille se faire voir chez les skrulls ! Cyke Rules ! ;o)
On enchaîne avec Secret Invasion : X-Men, donc un autre tie-in lié à l'évènement du moment. Toujours Mike Carey qui fait cette fois équipe avec Cary Nord. Les mutants sont en fâcheuse posture, d'autant qu'un écran psi empêche Frost et les Cuckoos de prendre part à l'affrontement. Et un seul skrull demande pas mal d'énergie et de X-Men pour être abattu...
Carey consacre une part non négligeable du récit à Diablo qui a mis la main sur une sorte de bible skrull interactive. Plutôt original comme concept.
Enfin, l'on termine avec les Young X-Men, les ex élèves de l'institut devant faire face à un Krakoa (la célèbre île n'étant pas unique en son genre) et aux tensions internes qui minent le groupe.

Eh bien le bilan est plutôt positif. Bien entendu, le grand nombre de séries parallèles, de personnages, ainsi que le poids de la continuité font que les titres X ne sont pas les plus facilement accessibles. Néanmoins, la plupart des arcs actuels peuvent se suivre relativement aisément et de louables efforts de présentation (intégrée aux récits) sont régulièrement faits par les auteurs afin de ne pas laisser les nouveaux lecteurs dans le noir complet. Le changement de décor, et même de philosophie, pour les X-Men se révèle plutôt une bonne chose, apportant un souffle d'air frais aux différents comics qui en bénéficient.
La présence de noms prestigieux, comme Ellis ou Brubaker, n'est pas étrangère à la qualité globale et au regain d'intérêt qui se dégagent de l'ensemble. Au final, pour une espèce en voie de disparition, les mutants se portent bien.

ps : je l'avais déjà signalé mais je précise que le X-Men #150 est vendu avec un portfolio de 16 pages consacré aux changements de look apportés par Bianchi sur AXM.

- Oserais-je demander comment le sujet X a accepté de donner son sang ?
- Il s'est suicidé.
- Sans l'aide de Logan ?
Henry McCoy et Scott Summers, sous la plume de Warren Ellis.