01 août 2009

Hero Corp : les héros sont fatigués...

Une série décalée portant un regard gentiment sarcastique sur les super-héros, c'est ainsi que l'on pourrait résumer Hero Corp dont la première saison se termine demain.

Lorsque John arrive dans le petit village isolé où sa tante vient de décéder, il tombe sur une étrange communauté aux moeurs bizarres. Rapidement, il va apprendre que l'endroit est en fait une sorte de refuge pour super-héros retraités. Les justiciers font d'ailleurs parfois peine à voir ; le mal ayant été éradiqué, leurs pouvoirs ont commencé à décliner. Ainsi, Acid Man par exemple, qui autrefois pouvait projeter des jets d'acide brûlant, ne peut plus générer que du shampooing doux...
Mais alors que John commence à se lier d'amitié avec les habitants (et à trouver l'amour grâce à la seule civile présente sur les lieux), voilà qu'une ancienne menace refait surface : The Lord s'est échappé et compte bien prendre le contrôle du village, du monde même. John a maintenant un destin. Pour l'accomplir, il devra apprendre à maîtriser ses pouvoirs et mener ses troupes - quelque peu désorganisées - à la victoire.

Lorsqu'une série est signée Astier, on s'y intéresse forcément tant Kaamelott s'est imposée comme une référence absolue voire même la meilleure série française de tous les temps. Si Alexandre Astier s'est attaqué aux légendes arthuriennes, Simon Astier (auteur et réalisateur) s'empare lui du thème du super-héroïsme grâce à Hero Corp, rediffusé en ce moment sur France 4.
Bien entendu, l'on va retrouver le même type d'humour que dans Kaamelott, autrement dit des répliques à la Audiard et une sacrée bande de bras cassés, mais tout ne fonctionne cependant pas de la même façon. Hero Corp a un rythme plus lent auquel il faut s'habituer, le temps d'installer les personnages et de mettre en place l'intrigue principale. Et même si la comédie reste au coeur de la série, elle flirte également avec l'aventure sur un ton certes original mais bien présent.

Si il faut quelques épisodes pour bien rentrer dans l'ambiance et se familiariser avec ces encapés si particuliers, notamment Doug (Sérum), Klaus (Force Mustang) ou Allen (Captain Cold), l'on s'attache ensuite très vite à tout ce petit monde. Comme l'on pouvait s'y attendre, les références sont nombreuses. Les Quatre Atomiques font évidemment penser aux Fantastic Four, Wolverine est même cité par l'un des personnages qui trouve qu'il "se la pète trop", bref, l'on est en terrain connu. Pour ce qui est des codes liés au monde des héros et vilains, là encore l'on a droit à un passage en revue assez complet, que ce soit les costumes, parfois ridicules, ou le choix, tout aussi risqué, des pseudos.
Petite cerise sur le gâteau, de vrais-faux comics apparaissent dans la série et des illustrations sont utilisées pour le générique.
La saison 2 devrait se dérouler au Canada et, vu le final de cette première saison, elle devrait réserver pas mal de surprises et un décor plus urbain.

Une manière sympathique de se moquer un peu de nos icônes tout en leur rendant hommage.
A découvrir.

Le site officiel : Hero Corp