30 août 2009

UMAC : Season Finale

Eh bien voilà, c’est bientôt la rentrée.
Le premier article de septembre sera le 700ème de ce blog qui entamera, dans quelques mois, sa cinquième année d’existence.
Il y a eu des hauts et des bas, certainement amplifiés ou adoucis par cet étrange medium qu’est le Net, mais globalement c’est surtout de comics dont j’ai envie de me souvenir lorsque je fais un petit point sur tout ce temps passé à écrire, certes, mais surtout à découvrir de nouvelles planches. Et je n’ai pourtant toujours l’impression de n’avoir appréhendé qu’une bien petite parcelle de cet art.
Comme vous l’avez remarqué, bien que conservant toujours une très large place pour les œuvres Marvel, je chronique de plus en plus souvent des comics issus d’autres éditeurs. Voire même des BD européennes même si je garde, pour le style américain, une préférence très nette et teintée autant de nostalgie que d’espoir, surtout lorsque l’on voit la qualité globale de la production actuelle.
Je vous propose, pour clôturer cette saison, de nous remémorer quelques moments forts de l’année écoulée.


Septembre 2008
C’est le mois de la sortie du premier tome de The Boys. Putain, presque un an déjà ! Bon, les suivants sont un peu en dessous, mais cette on-going se suit toujours avec plaisir pour peu que l’on sache déchiffrer ce que cache le trash assumé de m’sieur Ennis. Une bonne manière aussi de désacraliser le mythe du super-héros.
En même temps, des mecs en tenue moulante avec des capes, on n’allait pas non plus en faire des intouchables. ;o)


Octobre 2008

Deuxième Marvel Deluxe pour les Runaways ! Une véritable consécration pour cette excellente série qui avait démarré en Mini Monster et dont la survie en VF était plus qu’hypothétique. Finalement, Nico, Karolina, Molly et toute la sympathique bande vont accomplir un réel exploit : constituer le premier matériel totalement inédit dans la collection Deluxe.
Ils assurent les p’tits jeunes non ?



Novembre 2008

En novembre, c’est le mois de la pub.
Pourquoi ?
Parce que !
Ah bon…
Heu, bon ok, on peut aussi se rabattre sur la réédition de Sandman. Mais c’est bien parce que c’est vous.





Décembre 2008

Ah, la première fois où j’ai lu un volume de la série Fables
Pour être franc, ni le sujet ni les dessins ne m’attiraient vraiment au départ. Et j’ai vite compris à quel point je me trompais ! C’est fin, passionnant, drôle, plein de suspens et très vite addictif. Une manière intelligente de réinterpréter tous ces personnages tombés dans le domaine public.



Janvier 2009

On commence l’année 2009 avec la Maison des Idées et notamment avec l’une des mes petites "protégées" puisque la douce Araña est (avec Spider-Girl) l’une des héroïnes dont je regrette l’absence (ou plus exactement l’arrêt de la publication des séries qui leur étaient dédiées) en VF.
C’est frais, sympa à lire et on se tape pas la tante May tout en restant dans de l’arachnide. ;o)




Février 2009

Un petit sujet sur Luther Arkwright nous emmène dans une uchronie dont les multiples univers sont en danger. Les dessins de Brian Talbot sont magnifiques. Rarement un N&B aura été aussi impressionnant visuellement.
Les effets, les plans, tout est très travaillé et, en plus, soutenu par une histoire aux références historiques et culturelles nombreuses.




Mars 2009

Amour, flingues et petites culottes, voilà une manière fort imparfaite de résumer le Strangers in Paradise de Terry Moore. L’on fait connaissance, dans cette série à part, avec la pétillante Katchoo, qui va se révéler drôle, émouvante, tantôt pleine de ressources et d’autres fois bien fragile. Bref, un personnage attachant et diablement bien écrit. Avec du romantisme pas nunuche à l’intérieur.
Que demander de plus ? ;o)


Avril 2009
Difficile de ne pas revenir, encore et toujours, sur The Walking Dead, série que je considère comme absolument incontournable tant elle se révèle riche, surprenante et parfaitement bien pensée. Bizarrement, je me rends compte que c’est encore du noir et blanc, enfin, du niveaux de gris quoi. Moi qui adore les jolies ambiances pastel, pour le coup, c’est raté ! M’enfin, lorsqu’une histoire est aussi bien contée, les couleurs finissent par sembler bien secondaires. Les covers permettent tout de même de se rendre compte du rendu qu'aurait pu donner une version (bien) colorisée.


Mai 2009
On n’y croyait plus, Powers revient en VF après une très très longue absence. La série en elle-même est un petit bijou, Bendis s’amusant à non pas parodier les super-héros mais à les placer dans des situations finalement naturelles bien qu’embarrassantes. A noter qu’ici, un virage plus sombre s’amorce. Les persos n’en prennent, avec des révélations prudemment dosées, que plus d’épaisseur.
Mai, c'est aussi l'anniversaire du début de la saga One More Day pour le Tisseur... avec les conséquences que l'on sait.


Juin 2009
Je vais retenir de ce mois l’étrange et doux-amer Meurtre au Paradis, une nouvelle de Gaiman adaptée ici en bande dessinée. Ce n’est pas une sortie récente mais, dans le lot des anciennes publications Semic bradées cette année, sans doute l’une des plus intéressantes.
Avec en prime la petite surprise finale qui va bien.





Juillet 2009

LA grosse claque que je n’attendais pas avec une BD française (et réversible) de Davy Mourier (cf la chronique et l'interview). En général, je suis plutôt réticent par rapport aux récits autobiographiques mais ici, contrairement à certaines romancières égocentrées avides de rappeurs (mais si, vous l’avez reconnue ! ;o)), l’auteur ne se montre aucunement nombriliste. Il parvient même, en alternant moments touchants et humour corrosif, à toujours trouver le décalage nécessaire, le mot juste, le trait adéquat pour embarquer le lecteur et le bombarder de sentiments contradictoires. Un pur et vrai bon moment de lecture et de découverte.


Août 2009

Boum, de nouveau du N&B (heureusement que je répète à l’envie que je n’aime pas ça !) avec Courtney Crumrin. Là encore c’est inattendu, acide, bien amené, bref, on se laisse happer par cet univers magique mais pas si enfantin que ça. Et pour terminer, je vais quand même ajouter Bone (mais la série colorisée, ouf, l’honneur est sauf ! ;o)) qui est un génial cocktail d’humour, d’heroic-fantasy et de ces petites choses presque indéfinissables qui font de quelques pages un moment magique et hors du temps.



Voilà pour les planches. Pour les réflexions qu’elles peuvent nous inspirer, nous pouvons retenir cet article sur les héros et leurs tentatives, vouées à l’échec, de trouver durablement l’amour, ou encore ce petit essai sur l’évolution des crossovers. Et puis 2009, tout de même, sera l’année où, pour une fois, j’ai apprécié une adaptation ciné. Petit retour sur le sujet avec cette chronique sur Watchmen.

Un an, lorsqu’il faut le résumer, c’est vite passé finalement.
Il y a les projets, les envies, les moments furtifs et étranges où l’on découvre de nouvelles choses et où tous les espoirs sont permis. Le printemps en quelque sorte.
L’été serait, du coup, plutôt les réalisations de l’année. Ce que l’on a construit, ce qui est solide et restera à jamais intact dans nos cœurs et nos âmes.
L’automne, je le verrais comme un moment amer où l’on fait le compte des déceptions et des amitiés jaunies et tombées à terre. Un passage dur mais nécessaire.
Et puis l’hiver. Ce froid qui nous enveloppe. La certitude d’être seul quand les oiseaux s’en vont chanter ailleurs et que la verdure se fait plus rare. Le retour des longues nuits et du vent qui souffle tard. Presque la mort et son bilan glacial, net, précis. Et quelques remords, comme par exemple celui d’avoir parfois malmené, par le verbe, des gens qui ne le méritaient pas tant. Mais bon… être un rustre a un avantage : on survit à bien des hivers.
Sauf un.


Ne ratez pas la saison #5, avec des comics, quelques gros mots, des masques, un flingue toujours chargé et, sans doute, encore de bien belles planches à découvrir. Bonne rentrée à tous. ;o)