11 octobre 2009

Terror inc. - Plan de Démembrement

Du gore et des corps démembrés au menu de Terror inc., une mini-série Marvel publiée par Panini dans sa collection Dark Side.

Terror est une sorte de mercenaire à la tête d'une petite entreprise florissante. Il est quasiment immortel mais est, malheureusement, en état de décomposition perpétuelle. Pour se régénérer, il a besoin de prélever régulièrement sur autrui des membres frais qu'il assimile rapidement et rattache à son propre corps.
Et lorsqu'il n'est pas occupé à se dégoter une jambe ou une oreille, il mène des enquêtes ou élimine des malfrats pour le compte de qui le paie suffisamment. Il est bientôt engagé par un espion pour trucider son supérieur, présenté comme un traître. Petit problème ; alors que Terror exécute la mission, il se rend compte qu'il est tombé dans un piège. Bientôt, des terroristes se font exploser un peu partout dans Los Angeles. Commence alors un dangereux jeu de piste qui le conduira sur les traces de son ancienne compagne, rencontrée il y a plus de 1500 ans...

Nous voici avec une série publiée aux Etats-Unis sous le label Max de Marvel mais que Panini a intégrée à sa collection Dark Side qui, avec 28 jours plus tard, Massacre à la tronçonneuse, Vendredi 13 ou Les Griffes de la Nuit, était jusqu'à maintenant plutôt orientée vers le cinéma.
Terror est un personnage datant de 1988. Il est ici remis au goût du jour par David Lapham (scénariste également d'une saga explorant l'époque "catcheur" d'un certain Peter Parker). L'auteur commence par un rappel des origines de Terror qui remontent tout de même à la fin de l'antiquité. Une réactualisation effectuée rapidement et avec humour. On plonge ensuite dans l'hémoglobine et l'époque moderne avec une histoire faisant la part belle aux explosions, combats et fusillades en tout genre.
On regrette presque que la partie historique n'ait pas été plus développée.

Graphiquement, un soin particulier a été apporté à la réalisation. Le dessinateur n'est autre que Patrick Zircher, dont on a déjà vu le travail sur la série Iron Man ou quelques épisodes de Thor. Le résultat est plutôt beau, réaliste, avec de jolis effets et une violence volontairement mise en avant. Il faut dire que ce côté horrifique fait partie intégrante de Terror et qu'il était difficile de passer à côté. Attendez-vous donc à un maximum de ketchup sur les murs, avec des morceaux de viande qui pendouillent un peu partout.
Malgré la qualité des planches, cette saga est néanmoins loin de laisser un souvenir impérissable. Il faut dire que le trip "on s'échange nos bras, j'te coupe la tête", et cetera, est loin d'être suffisant pour maintenir un intérêt constant, et ce malgré quelques scènes plutôt osées (le type est quand même dissout puis balancé aux chiottes !) et un humour bienvenu mais trop peu présent, l'essentiel des vannes étant contenu dans les trois premières pages. On finit par se lasser de ces découpages de corps à répétition et par être un peu déconcerté par un récit qui oscille entre horreur pure, espionnage, action et mysticisme. Le mélange des genres a du mal à trouver une vraie cohérence, d'autant que le second degré, parfaitement maîtrisé dans un premier temps, finit par être mal assumé ou, en tout cas, moins percutant au fil des épisodes.

Le choix de la collection Dark Side, avec hardcover et une taille légèrement plus grande que le format comic standard, fait que le prix s'en ressent ; 18 euros tout de même. Une somme qui risque de décourager les lecteurs habituels de la Maison des Idées, sans doute refroidis par un personnage peu connu, mais également les amateurs d'épouvante, la série n'étant finalement guère effrayante.
En plus des couvertures, ce volume contient un petit speech sur le personnage et son parcours éditorial. Le strict minimum donc.

"Un monstre tua la moitié de mon village la première nuit. La deuxième fut moins grave, il n'emporta que ma femme et des moutons. Mais comme j'avais un fond romantique, j'ai réuni les survivants et on a chargé la chose."
Terror, sous la plume de David Lapham.