09 septembre 2007

Le Feu sous la Glace

L'expression femme fatale aurait pu être inventée pour elle tant Emma Frost représente à la fois le charme et le danger. Petit éclairage sur la plus glaciale des mutantes.

Née dans une riche famille de Nouvelle-Angleterre, Emma a dirigé, très jeune, l'entreprise familiale, Frost International, un puissant conglomérat spécialisé dans l'électronique et le transport. La miss est donc plutôt aisée, elle a le sens des affaires, est fort jolie et particulièrement intelligente. Pour la plupart des gens, ce serait largement suffisant, mais Emma, en plus, a un don. Elle est télépathe.
Dans un premier temps, elle va officier dans le très élitiste Club des Damnés (dont elle deviendra la Reine Blanche), aux côtés de Sebastian Shaw, puis elle dirigera l'Académie du Massachusetts et ses fameux Hellions qui d'ailleurs finissent mal (ils meurent tous). Elle est ensuite, pendant un temps, à la tête d'une nouvelle équipe, Generation X, mais elle sera forcée de la dissoudre et de fermer son école. Sa carrière de mutante commence plutôt mal et du mauvais côté de la barrière donc.

Après le génocide perpétré par les Sentinelles sur l'île de Genosha, Emma rejoint les X-Men et l'institut Xavier. Très rapidement, comme si sa véritable place avait toujours été là, elle va en devenir la co-directrice et séduire Scott Summers, alias Cyclope (elle deviendra même sa compagne après la mort de Jean Grey).

Froide, manipulatrice, parfois d'une insensibilité qui flirte avec la cruauté, Emma Frost a l'âme d'un leader. C'est d'ailleurs elle qui annonce à Tony Stark, pendant la guerre civile qui suit le SRA, que les X-Men resteront neutres (ce n'est pas le premier venu, tout de même, qui parle d'égal à égal avec Iron Man). Son expérience et son caractère bien trempé font d'elle un élément central des X-Men, voire même l'une des plus puissantes télépathes au monde, surtout depuis que Charles Xavier se retrouve sans pouvoir après les évènements de House of M. Ajoutons qu'en plus de lire les esprits, de créer des illusions ou de prendre le contrôle mental des individus à qui elle s'attaque, Emma peut également revêtir une forme s'approchant du diamant qui la rend quasiment indestructible (elle ne peut plus utiliser de pouvoirs psi sous cette forme par contre).
Rarement une héroïne, chez Marvel, aura été autant l'incarnation de la femme "forte", parfaite, n'ayant aucunement besoin d'aide masculine pour mener sa vie ou se défaire des pires situations. En devient-elle irritante pour autant ? Non. Elle fait partie de ces rares personnes à qui l'autorité donne du charme. Heu, oui, les tenues vestimentaires doivent jouer aussi, c'est sûr, mais bon... en son temps, la sexy Jessica Rabbit n'avait-elle pas dit "je ne suis pas mauvaise, je suis juste... dessinée comme ça." ? ;o)
Un exemple sexy ici, issu du site comicvine.com sur lequel vous pouvez retrouver notamment pas mal de variations en N&B sur le thème de la sulfureuse Emma.

Notons que pendant un temps, une série, scénarisée par Karl Bollers, est consacrée à la jeunesse d'Emma Frost. L'on suit la jeune fille alors qu'elle est encore à l'université. On y découvre une Emma plus innocente, plus fragile et très attachante. Malheureusement, la série s'arrête, aux Etats-Unis, au bout de 18 épisodes. Les deux derniers ont été édités en France dans le X-Men Extra #51.
Plusieurs dessinateurs s'étaient succédés sur le titre mais il convient de surtout retenir les magnifiques covers de Greg Horn, réalisées pour l'occasion (exemples : cover1 - cover2). Emma y perd alors en mystère et en froideur ce qu'elle gagne en charme naturel et en réalisme.

Je termine avec une petite anecdote. Un ami relançait récemment le débat sur les mensurations (toujours avantageuses) des héroïnes Marvel (ce n'est pas toujours vrai mais bon), du coup, j'ai jeté un oeil aux données "techniques" des encyclopédies que j'avais sous la main. Et là, on va de surprise en surprise. Selon l'encyclopédie Semic parue cette année (oui, ils ont encore des droits qui traînent), Emma Frost mesure 1,67 m et pèse 38 kg (elle est anorexique en gros), par contre, selon la 4ème encyclopédie Marvel (consacrée aux X-Men) publiée par Panini, sa taille est de 1,55 m et son poids grimpe à 65 kg (ah ben du coup, elle s'est bien lâchée niveau bouffe on dirait hein). Selon les données présentes sur le site officiel Marvel (5'10" et 144 lbs.), en convertissant (à moins que je ne me sois planté), c'est Panini qui l'emporte. Mais du coup, heu... il faudrait peut-être prévenir les artistes parce que si la fille qu'ils dessinent fait 1,55 m et 65 kg, les comics ont un sacré effet déformant alors (et plutôt en bien). ;o)

Bref, les données chiffrées varient toujours d'une source à l'autre (et dans le temps), du coup, comme vous l'aurez remarqué, je préfère m'attacher, dans les articles consacrés aux personnages, à parler d'eux comme de vraies personnes (je ne sais pas vous mais moi, quand je parle d'une personne que je connais, je la décris rarement avec des chiffres ("salut, je te présente Patrick, force : 6, intelligence : 4, habileté : 2, et je tiens à signaler qu'il a un bonus de +2 en engloutissement de lasagnes tièdes" (bah, ça pourrait être drôle remarque (hou, les amateurs de parenthèses multiples se régalent hein ?)))) et donc (ah mais oui, fallait suivre, je continue ma phrase) à tenter de transmettre l'idée que je me fais d'eux plutôt qu'un résumé technique sans signification.

ps : nouvel ajout dans le bêtisier avec une scène issue de la série Alias de Bendis.