23 octobre 2009

Marvel Zombies : Terre-616

La suite de Marvel Zombies sort ce mois en 100% Marvel. Et cette fois, l'univers 616 est concerné...

Dans le multivers Marvel, il existe un grand nombre de réalités parallèles. Il s'agit d'univers alternatifs ne se rencontrant jamais. Cependant, il existe également des univers ondulants, pouvant croiser d'autres réalités pendant un laps de temps variant de quelques microsecondes à plusieurs années. Or, la bien connue Terre-616 a maintenant une porte d'entrée, située dans les marais de Floride, qui donne directement sur ce qui se fait de pire en matière d'univers ondulant.
Les zombies sont parmi nous ! Très vite, l'équipe locale de l'Initiative - la Commanderie - est massacrée par les morts-vivants. L'ARMOR (une agence de surveillance des réalités parallèles) prend alors les choses en main. Pour éviter une contamination générale, des agents doivent ramener des échantillons de sang provenant de l'univers des zombies afin de confectionner un vaccin qui protégera les super-héros, principaux vecteurs de propagation de l'épidémie.
Machine Man et Jocaste semblent tout désignés pour cette mission. Après tout, des robots ne devraient avoir rien à craindre des zombies...

Commençons par un petit rappel des faits. Tout commence dans Ultimate Fantastic Four alors que Mark Millar termine son run sur la série et entretient le suspens sur un possible contact entre univers 616 et 1610 (Ultimate). Finalement, la mythique rencontre ne se fait pas et, à la place de leurs doubles "classiques", les Fantastic Four doivent affronter un Reed Richards zombifié. L'idée plait tellement que Marvel saute sur l'occasion pour demander à Robert Kirkman d'écrire une mini-série basée sur cet univers. Le succès étant au rendez-vous, on aura droit ensuite à un crossover entre les zombies de la Maison des Idées et Evil Dead, puis à la suite du titre principal, toujours sous la direction de Kirkman.
Ce tome #4, logiquement intitulé Marvel Zombies #3 (parce qu'en fait, le crossover était un peu à part), voit le tandem Kirkman/Philipps céder sa place à Fred Van Lente au scénario et Kev Walker au dessin.
Pour l'anecdote, avec le sens de la mesure qui caractérise Panini, Van Lente est qualifié, dans l'intro, "d'étoile montante". Heu... essentiellement il a fait du First Class (pas vraiment ce que l'on peut appeler un chef-d'oeuvre), du Marvel Adventures (les trucs pour les enfants là), et il a co-scénarisé du Hercule et X-Men Noir (donc même si le résultat est bon, il n'en est pas seul responsable). Je ne suis pas sûr que ce soit suffisant pour lui balancer du superlatif astronomique.

Autant le dire tout de suite, le concept commence méchamment à s'essouffler. On ne peut plus guère compter sur l'effet de surprise et, surtout, il ne reste plus grand-chose du côté transgressif ou de l'humour noir des premières mini-séries. Là où Kirkman nous montrait un Spidey radotant sa peine d'avoir dévoré sa bien-aimée et sa si chère tante May, ou encore des Vengeurs s'étant partagé Jarvis, Van Lente a bien du mal à faire quelque chose du Caïd ou de Black Bolt, les deux gros méchants de service particulièrement sous-exploités (ça pourrait être n'importe qui d'autre, sauf peut-être pour une vanne sur les cordes vocales de Blackagar).
La seule scène choc, concernant le Caïd, est d'ailleurs assez mal amenée et plutôt gratuite et illogique.
Reste tout de même Aaron Stack, alias Machine Man, qui quitte Nextwave et l'équipe de Ms. Marvel pour venir casser du mort-vivant. Son côté cynique et décalé (bien que là encore ce ne soit pas tellement poussé) permet d'apporter un peu de fraîcheur à ces quatre épisodes.
Graphiquement, Walker s'en sort plutôt bien. A tel point que Marvel aurait été bien inspiré d'échanger sa place avec Stroman, ce qui aurait permis à Peter David d'avoir un vrai dessinateur sur X-Factor et d'enterrer définitivement des zombies qui ont du mal à nous mettre en appétit. Hop, une pierre, deux coups. ;o)

Au final, alors que cet arc visant la terre 616 aurait dû être l'un des plus palpitants, l'on se retrouve avec un récit au suspens inexistant. Et sans les scènes d'anthologie des opus précédents. Bref, pas complètement nul mais bien terne, surtout en comparaison des épisodes de Kirkman.