11 mars 2009

Avengers/Invaders : Anciens Soldats & Nouvelles Guerres

Les Vengeurs rencontrent les Envahisseurs dans le Marvel Universe hors série #3, fraîchement débarqué en kiosque ce matin.

Captain America, la Torche Humaine, Namor... les héros ont rejoint l'Europe pour lutter contre les armées d'Hitler. Avec à sa tête d'aussi puissants combattants, l'Amérique ne peut pas perdre. Sauf si un grain de sable venait changer le cours naturel des choses.
Décembre 1943. Les Invaders se battent à Monte Cassino (*). Et là, quelque chose tourne mal, les expédiant vers le futur. Pour les combattants, c'est incompréhensible, le New York de 2008 ne peut être qu'une ruse des nazis ! Et qui sont ces gens qui s'interposent, ces Thunderbolts dont l'un d'eux à un accent allemand prononcé ?
Loin dans le passé, leur absence se fait déjà sentir et l'Histoire se modifie. Londres tombe. Les allemands sont proches de New York. La statue de la liberté s'effondre... lorsque la vague de changement arrivera à notre époque, que restera-t-il des victoires passées ?

Petit point tout d'abord sur cette fameuse revue. Annoncée un temps sous l'appellation "Marvel Crossover", elle va finalement être publiée comme hors série du bimestriel Marvel Universe. Les numéro #1 et #2 s'ornent pourtant d'un énorme "crossover" en couverture, logique puisque le rôle de cette publication est, selon Panini, de faire se rencontrer des héros de la Maison des Idées et des "protagonistes venus d'autres horizons éditoriaux". Nous ne sommes donc déjà plus dans cette optique puisque les deux groupes dont il est question ici sont tous les deux issus de l'univers Marvel.
Petite astuce tout de même, le projet Avengers/Invaders ayant été sous-traité par Dynamite, il y a bien une forme de rencontre éditoriale, même si celle-ci ne concerne plus du tout les personnages mis à l'affiche.
Un petit point irritant : la maxi-série dont il est question contient douze épisodes, ce qui aurait pu être publié en 2 x 6, or c'est vers trois comics de quatre épisodes que Panini a porté son choix, ce qui rend les volumes bien moins intéressants, niveau prix, que les habituels hors série ou même la série mère.

Revenons maintenant au contenu.
L'histoire est signée Alex Ross (qui réalise également les covers) et Jim Krueger (auteurs notamment de la trilogie Earth X). Steve Sadowski s'occupe, lui, d'illustrer les pages intérieures. Le récit se déroule après Civil War et avant Secret Invasion. Les fameux Invaders vont donc rencontrer les Vengeurs officiels de Stark mais aussi le groupe de rebelles mené par Luke Cage. Pour l'instant, c'est plutôt basique avec castagnes et présentation succincte des personnages (dont la première Torche qui donnera son nom au Camp Hammond de l'Initiative).
Il faut bien un peu d'action et de spectaculaire, mais tout de même, l'on peut regretter cette manière obtuse qu'ont certains héros de taper sur tout ce qui bouge dès qu'ils sont confrontés à une situation étrange. Stark passe son temps à essayer de calmer Rogers qui a décrété, tout comme son équipe, que les Avengers 2008 étaient à la solde des nazis !
Graphiquement, c'est plutôt pas mal, c'est même franchement bon, sauf peut-être lorsque les visages sont relativement petits. Il semble y avoir, à ces occasions là, un problème d'encrage peut-être qui les rend assez grossiers (on a l'impression que ça "bave" un peu, ou que leur rimmel se met à couler pour donner une image). Les gros plans et les décors sont, eux, mieux maîtrisés.

Une drôle de rencontre interne qui aurait pu être proposée en seulement deux parties.

(*) Monte Cassino n'est pas la bataille la plus connue de la seconde guerre mondiale et même lorsqu'elle est évoquée, c'est souvent de manière superficielle. Il faut savoir qu'après la victoire alliée et la rupture de la ligne Gustav, d'épouvantables exactions furent commises par les goumiers français. Pillages, exécutions sommaires et surtout viols de masse (plusieurs centaines voire milliers de femmes selon les sources) furent perpétrés par les militaires sous commandement français, traumatisant ainsi une population civile déjà durement éprouvée par les combats.
Le général Juin, commandant à l'époque le Corps Expéditionnaire Français, et à ce titre responsable du comportement de ses hommes et de la discipline dans leurs rangs, ne fut jamais inquiété pour ces crimes de guerre. Grand-Croix de l'Ordre National de la Légion d'Honneur, il fut élevé au rang de Maréchal de France en 1952 et élu à l'Académie Française la même année.
Vae victis...