02 février 2011

Lancement de Marvel Stars

Un nouveau mensuel Panini, Marvel Stars, est sorti hier. Tout de suite, le sommaire et les premières réflexions sur le contenu.

Attention, la composition de certaines équipes est révélée dans ce qui suit.

Après Marvel Icons et Marvel Heroes, voici donc une troisième publication régulière axée "Heroes". Tout a été fait, en ce début d'année, pour faciliter (au moins en apparence) l'arrivée de nouveaux lecteurs : nouveau titre, relaunch des revues "cousines", petit cadeau, résumé succinct sur le passé des Vengeurs, tout cela coïncidant en plus avec une nouvelle ère du marvelverse intitulée Heroic Age.
Il ne faut pourtant pas se faire d'illusions, même si ce point d'accès n'est pas moins valable qu'un autre, un lecteur novice aura bien du mal à s'y retrouver parmi les très nombreux personnages (peu connus en plus) présents ici. D'ailleurs, l'on peut s'interroger sur la pertinence du titre "Marvel Stars". Normalement, les stars de Marvel, ça évoque quoi ? Spidey, Wolvie... ben, non, ici l'on aura plutôt Opale, l'Homme-Fourmi ou Moon Knight. Dans l'absolu, c'est plutôt une bonne chose de laisser les têtes d'affiche de côté pour exploiter les très nombreux seconds couteaux de la Maison des Idées, mais du coup l'appellation semble tout de même surfaite, voire mensongère. Bon, ils ne pouvaient pas non plus appeler ça Marvel Trous du Cul, mais entre "asshole" et "star", il y avait peut-être moyen de trouver un compromis plus adéquat.
Tiens, à ce sujet, je vous conseille une réflexion fort intéressante qu'avait entamé Yannzed sur son blog et qui est intitulée Comics Utopie.

Pour ce qui est du cadeau évoqué précédemment, il s'agit en fait d'un comic VO, balancé au hasard. Vous pourrez tomber aussi bien sur du Spider-Man époque Back in Black que du Paradise X par exemple. Oui, ça fait un peu "on se débarrasse de nos merdes dont on ne sait plus quoi faire", d'autant que pour les non-anglophones, l'intérêt est limité, mais c'est un cadeau et on a connu pire, donc on va dire qu'on est content. Youpi.
Allez, on attaque le contenu. On commence par un petit speech sur les évènements récents (Civil War, Secret Invasion...). C'est du (très) vite fait mais ça peut toujours aider les nouveaux arrivants. Une bonne initiative de la part de Panini, autant la souligner vu que ça n'arrive pas si souvent.
La première série que l'on découvre est Secret Avengers, de Ed Brubaker (scénario) et Mike Deodato (dessin). Belles planches et une composition assez hétéroclite qui peut donner de bonnes choses. L'équipe est présentée comme une force de frappe clandestine, spécialisée dans les opérations furtives et préventives. L'on retrouve Valkyrie, la Veuve Noire, Beast, Moon Knight, l'Homme-Fourmi, War Machine et même Nova, toute la petite bande étant sous la direction de Cap. L'on peut attendre beaucoup du duo Moon Knight/Ant-Man, je ne sais pas pourquoi, mais je les vois bien dans un trip buddy comic ces deux là.
Ce premier opus présente surtout le recrutement et une menace encore imprécise. Plutôt sympathique en tout cas dans l'ensemble.

On passe ensuite à l'intrus de la revue avec Incredible Hulk. On a bien du mal à comprendre ce qu'il fait là, au milieu de groupes d'infiltrations et d'opérations spéciales, tendance barbouzarde. C'est sans doute en plus l'épisode le plus faible du mensuel. Bruce Banner s'occupe de son fils, Skaar. On a droit au Red Hulk en guest et à un combat avec Fatalis (et puis, ça commence à être gavant de le voir tomber dans tous les panneaux ce pauvre Fatalis). Pour résumer, rien de bien palpitant.
Greg Pak est au scénario, Paul Pelletier aux dessins.

On enchaîne avec les Thunderbolts, avec un court récit tiré de Enter the Heroic Age puis le 144ème épisode de l'on-going, écrit par Jeff Parker et dessiné par Kev Walker.
Exit évidemment l'ancienne mouture de l'équipe à la botte de Norman Osborn. Cette fois, c'est Luke Cage qui prend les commandes du groupe de (supposés) repentis. Le rôle lui convient d'ailleurs assez bien. Il s'entoure de Songbird (la pauvre Melissa est affreuse avec sa nouvelle coupe ou je rêve ?), Opale, du Fantôme et du Fléau, ainsi que de Crossbones, un choix très étonnant mais justifié dans le récit.
Un truc assez drôle : le moyen de transport dont ils sont dotés. Alors qu'ils pourraient avoir un quinjet, un vaisseau alien, ou encore bénéficier des pouvoirs de téléportation d'un mutant, non, ce serait trop facile, on leur refile Man-Thing (qui accessoirement possède une sorte de lien avec un espace-temps spécifique situé dans les Everglades et qu'il peut manipuler). Au lieu d'avoir un truc sympa, Hank Pym leur met donc dans les pattes un machin gluant qui pue, qui ne parle pas, et qui vous crame si vous avez le malheur d'éprouver de la crainte en sa présence. C'est pratique hein ? Je rappelle que Pym est censé être l'une des personnes les plus intelligentes de l'univers 616... heureusement que Cage ne s'est pas adressé à l'idiot du coin, il lui aurait refilé une tarte aux quetsches magique ou un autre machin dans le genre. J'imagine la scène.
- Dis donc, tu n'aurais pas un moyen de transport pour mes gars ?
- Ben, si, en rayon j'ai un vieux raton-laveur galeux, il peut dématérialiser les gens et les envoyer où il veut. Par contre, faut pas sourire en sa présence, sinon il explose et toute ta famille meurt.
- Ah ? Heu... ok, je prends ça.
Je déconne mais en fait, ce nouveau commencement pour l'équipe est très agréable à lire et plutôt, là encore, prometteur.

On termine enfin avec Secret Warriors, de Jonathan Hickman (scénario) et Alessandro Vitti (dessin). Des représentants des Howling Commandos sont auditionnés en secret par le conseil de sécurité de l'ONU suite à une opération clandestine, en Chine, contre l'Hydra. C'est entrecoupé de scènes de retrouvailles entre gros bras ayant pas mal bourlingué, ça sent bon la testostérone, l'amitié virile et la picole. Plutôt cliché donc, mais ça se lit très bien et c'est raccord avec le reste (sauf donc notre bon Hulk).
Je n'ai pas encore parlé de la traduction en général, elle est plutôt correcte, sauf parfois quelques expressions lourdingues, comme "des électro-chocs que seuls eux peuvent utiliser". Heu, "qu'eux seuls", ça ne vient pas à l'idée ? Ou ça serait trop joli et facile à lire peut-être ? Enfin, je crois que tout le monde s'est résigné de toute façon...

Eh bien le bilan est plutôt positif. De bonnes séries (en majorité) et un nouveau départ intéressant pour certains groupes, composés d'éléments parfois inattendus.
Reste que pour démarrer dans l'univers Marvel avec ça, il faudra tout de même s'accrocher un peu.