13 janvier 2007

Odyssée cosmique

Le volume 2 de Captain Marvel en Monster Edition signe la fin de cette série de Peter David (scénariste de Madrox, X-Factor et The Dark Tower, l'adaptation du roman de S. King).

Le ton est plus sérieux que dans le tome 1, Genis-Vell a retrouvé la raison et doit sauver Marlo, l'ex petite amie de Rick Jones. Pour cela, Captain Marvel devra aller dans le futur repousser une coalition alien (ayant quasiment anéanti la race humaine) et combattre son propre fils ! Le final renoue pourtant un peu avec le style déjanté qui collait au perso précédemment mais on y sent tout de même une ambiance douce-amère reflétant sans doute l'état d'esprit de l'auteur. Peter David, à travers Eulogy, un personnage ayant une conscience non pas "cosmique" mais "comics", explique l'échec de la série aux US et son manque de popularité. C'est très étrange car on ressent presque la douleur du scénariste lorsqu'il avoue, par l'intermédiaire du personnage, que Captain Marvel n'a jamais vraiment intéressé personne.
Heureusement, avec le succès de X-Factor, on ne s'inquiète pas trop pour l'avenir de ce brave Peter.

Deuxième partie de ce Monster : le prologue de Annihilation (à paraître dans le futur mensuel Marvel Universe) avec la mini-série Drax the Destroyer. Là encore, il faut aimer le style "persos cosmiques" pour apprécier mais bizarrement, ce qui choque le plus n'est ni le scénario ni les dessins mais...le lettrage ! Lorsqu'ils parlent, les personnages aliens "bénéficient" d'une police de caractères spécifique qui les différencie des humains. Problème, celle-ci est si hideuse que l'on a parfois du mal à lire tant certaines lettres sont mal faites. Pour certains, ce ne sera qu'un détail sans importance, mais personnellement, j'avoue avoir trouvé plus que pénible ce manque de confort de lecture.
Le tout valant entre 23,75€ et 25€ suivant l'endroit où on l'achète, à vous de voir si ce cocktail alienesque (jusque dans le lettrage) vous inspire suffisamment pour vous délester de cette coquette somme.