08 mai 2009

Spider-Man : Brand New Day Extra

Le Spider-Man #112 de ce mois contient la fin de l'arc mettant en scène l'héritière de Kraven, quelques épisodes tirés de Brand New Day Extra et nos vieux potes les Thunderbolts plongés en pleine guerre.

On commence par le seul épisode de la série régulière Amazing Spider-Man présent dans la revue. Il s'agit de la fin de Kraven's First Hunt, par Marc Guggenheim (scénario) et Phil Jimenez (dessin). La première partie était un peu au-dessus (cf Spider-Man #111), l'essentiel de cet épisode représentant en fait un long combat pas très intéressant. Le final réserve cependant une petite surprise et une scène assez réussie entre Spidey et son infortuné colocataire.
Au sujet d'Ana Kravinoff, Christian Grasse nous dit qu'elle est censée avoir 12 ans. Je ne me souviens pas que cela ait été précisé dans l'histoire... à moins que cela m'ait échappé. Toujours est-il que c'est un peu jeune pour affronter le Tisseur (il y a bien une gamine chez les Runaways, mais elle est plutôt blindée niveau pouvoirs !).

On passe ensuite à deux petits épisodes tirés de Brand New Day Extra. Le premier est écrit par Joe Kelly et dessiné par Chris Bachalo. L'on apprend comment Hammerhead est sauvé d'une mort certaine par Mr Negative (son exécution a eu lieu dans le Marvel Icons #29 et non dans une série inédite en France comme le prétend Christian Grasse). Les auteurs en profitent pour revenir sur l'enfance d'Hammerhead, son ascension au sein de la mafia italienne, ses premières "missions"... plutôt bien fait voire émouvant, avec de superbes planches, notamment pour les flashbacks.
Le deuxième épisode, de Guggenheim, associé cette fois à Marcos Martin, nous montre un Spider-Man comparaissant (masqué !) devant un tribunal et étant défendu par Matt Murdock. Il s'agit en fait d'un teaser concernant une saga que nous pourrons lire, en VF, dans... plus de six mois. Hum. Magnifique sens du timing donc. Ceci dit, comparaître masqué me semble tout de même fort peu crédible, même si un début de justification est maladroitement avancé grâce au SRA. Tiens, en parlant du Superhuman Registration Act (cf le lexique pour plus d'infos), nous avons encore droit à un changement de sigle ! Après la MGH devenue HMC, les différentes orthographes de "tératogènes" (et même les changements d'appellations), voici que le SRA se transforme, sous la plume de Khaled Tadil, en LRS. Toujours un excellent suivi et une coordination hors du commun chez les guignols paninèsques qui sont un peu à l'édition ce que naguère furent les "scénaristes" d'AB Production à la fiction télévisuelle.

Le temps d'un petit interlude avec un Spider-Man Unlimited (qui n'a, comme souvent, pas grand intérêt) et on termine par les Thunderbolts qui, après avoir affronté Captain Marvel, se lancent dans la bataille contre les skrulls et marchent sur Washington. Osborn a même trouvé le point fort de l'équipe : la paranoïa ambiante ne les gênera pas puisqu'ils ne se faisaient déjà pas confiance avant. ;o)
Le scénario est signé Christos N. Gage, les dessins sont l'oeuvre de Fernando Blanco. Un bon moment en compagnie de Venom, Bullseye et toute la clique.

Toujours une bonne qualité générale pour les histoires et une totale légèreté en matière de traduction de la part des crapauds vendeurs d'autocollants qui ont pensé, un jour, qu'il suffirait de mettre "éditeur" sur leurs cartes de visite pour se transformer en princes des comics. Malheureusement pour nous, à part dans les contes de fée, les crapauds restent des crapauds et les vendeurs d'autocollants des pignoufs.

ps : chez un vrai éditeur, je signale que le tome #8 de The Walking Dead est maintenant dispo en VF (cf cet article que certains n'avaient peut-être pas lu, le mois dernier, à cause des spoilers annoncés).