06 mai 2009

Secret Invasion : La Fin du Monde

La situation se complique dans le quatrième opus de Secret Invasion.

L'offensive skrull semble laisser peu d'espoir aux héros, dépassés en nombre et rongés par la paranoïa. Richards est prisonnier, Stark ne fait même plus confiance à ses propres souvenirs, Sentry pleure déjà sur un monde qu'il imagine perdu, bref, la situation est catastrophique.
Nick Fury, lui, a pourtant décidé de réagir avec ses Secret Warriors. L'ex patron du SHIELD est habitué à gérer les pires situations mais celle-ci semble tout de même un peu trop lourde pour seulement une poignée d'hommes. A ce sujet, les super-héros vont voir arriver une aide supplémentaire et providentielle grâce à la décision de Hood (cf ce 100% Marvel si vous ne connaissez pas le personnage) de prendre part aux combats avec ses hommes. L'alliance entre les Masques et les criminels suffira-t-elle à retourner la situation ? En tout cas, dans cette guerre, il n'y a qu'un seul camp : celui des terriens qui jouent là leur liberté et l'avenir de leur monde.
Toujours Brian Michael Bendis au scénario et Leinil Yu au dessin.

La deuxième partie de la revue est consacrée à Secret Invasion : Front Line. Depuis Civil War : Front Line et World War Hulk : Front Line, l'on connaît bien le principe qui consiste à donner le point de vue de l'homme de la rue sur les évènements dramatiques qui frappent l'univers 616. Pour ce faire, le lecteur suit Ben Urich, journaliste partenaire de Sally Floyd, qui se rend cette fois dans un hôpital pour un petit reportage sur le service des urgences. Outre les médecins, les auteurs s'attachent également à dépeindre le parcours d'autres anonymes, comme un chauffeur de taxi ou une gamine dont les parents sont en train de divorcer.
Le ton est assez dramatique et le coup des répercussions sur la vie des quidams fonctionne toujours aussi bien malgré le changement de scénariste. En effet, Jenkins a cette fois laissé la barre à Brian Reed (Ms. Marvel). Le graphisme est l'oeuvre de Marco Castiello.

L'invasion prend, avec Front Line, un virage à la fois plus humain et plus tragique. Les tie-ins de Marvel Icons et Marvel Heroes semblent toutefois indispensables pour une vision complète et détaillée de l'évènement.