02 septembre 2008

La Rentrée du Tisseur : nouvelle menace et vieilles recettes

Le Spider-Man #104 ouvre le bal des revues kiosque pour cette rentrée. L'occasion de voir débarquer une nouvelle équipe créative sur ce "brand new day" aux forts accents nostalgiques.

Un nouvel arc débute dans Amazing Spider-Man. Toujours, évidemment, l'ambiance "je retrouve mes racines pour pas déboussoler mes lecteurs". Je ne le répéterai jamais assez, les histoires en elles-mêmes ne sont pas rebutantes, seul cet étrange sentiment de s'être fait flouer sur la continuité vient un peu gâcher le plaisir. Ici, Spidey retrouve Jackpot (il se demande même si c'est MJ, faut dire que son "masque" la cache bien hein ?) et tombe sur un nouveau vilain au style bouffonesque (moins original que le Mr Negative évoqué ici).
Marc Guggenheim signe le scénario et c'est l'excellent Salvador Larroca qui s'occupe du graphisme. Du Spidey à l'ancienne cuisiné dans une belle et moderne marmite qui n'excuse pas le coup de l'identité qui redevient secrète !

Petite parenthèse avec le ô combien utile et cultissime courrier des lecteurs. Un premier lecteur donne son avis sur One More Day. Il est déçu mais "si ça se trouve l'avenir s'annonce chouette" (sic) alors il est content quand même. Le second lecteur balance les traditionnels compliments de début de lettre destinés à Panini. Petite nouveauté, rentrée oblige, il en remet une couche à la fin et les remercie pour leur "boulot génial". Un troisième lecteur aurait bien aimé dire qu'il déshéritait toute sa famille au profit de Christian Grasse et dévoiler son tatouage "Panini 4 ever" dont il a recouvert sa fesse gauche cet été mais il n'y avait plus de place dans la rubrique. Dommage.

On continue avec l'épisode bouche-trou du mois tiré de Spider-Man Family. Un infâme truc avec les Fantastic Four qui ne présente rigoureusement aucun intérêt. A se demander comment sont choisies les séries faisant office de tampon entre deux titres phares. Graphiquement, si vous n'êtes pas trop manchot et que vous n'aimez pas les maths, vous avez tous réussi à faire à peu près la même chose quand vous étiez au collège et que vous aviez deux heures à tuer (je sais pas pour vous mais moi, à l'époque, je devais déborder d'imagination pour ne pas m'endormir pendant ces histoires d'équations et de statistiques).

Le meilleur pour la fin. Je vais radoter mais tant pis, bon sang que cette série est bonne ! La qualité des Thunderbolts ne se dément pas (la cover de l'épisode figure pour le coup en illustration de cet article). Le tandem Warren Ellis (scénario)/Mike Deodato (dessin) se penche cette fois sur Penance et ses problèmes psychologiques (nombreux depuis Stamford, pas facile aussi d'être le type le plus haï d'Amérique). C'est ce bon vieux Doc Samson qui lui vient en aide et tente de lui faire prendre conscience (d'une manière un peu... bourrine, surtout pour un psy) de son côté junkie accro à la douleur. Les autres personnages continuent d'intriguer et comploter dans une valse délicieusement jouissive. Probablement l'une des époques qui marquera le plus ce titre, si ce n'est LA meilleure.
Beau et fin. Mérite largement une réédition librairie.

La sandwicherie n'ayant plus de porte-clés et autres tapettes à mouche à nous refiler, nous avons droit ce mois-ci à un jeu de cartes en cadeau avec les titres Spider-Man, X-Men, Marvel Icons et Marvel Heroes. Je vous propose tout de suite de jeter un oeil sur la petite photo ci-dessus qui vous montre un peu les coeurs et les trèfles. Les dessins sont sympa, le carton, lui, est d'une qualité ridicule. Si vous avez l'habitude de jouer un peu aux cartes, il ne sera pas difficile de constater qu'il vaut mieux remiser ces dernières comme purs objets de collection plutôt que de tenter de s'en servir pour un Texas Hold'em entre amis (si jamais vous essayez tout de même, je serais curieux de savoir combien de temps elles ont tenu).
Quoi, je leur laisse rien passer ? Bah oui mais même leur carton est mauvais...

Du bon Spidey, du très bon Thunderbolts et quelques cartes en bonus. Si en plus c'était édité par des pros, qu'est-ce que ça serait ! ;o)