18 mai 2010

Invincible de retour chez Delcourt

Après une longue absence, la série Invincible reprend son cours en VF. Trouvera-t-elle cette fois son public ?

De grands bouleversements ont lieu dans la vie de Mark Grayson. Il rentre à la fac, doit faire face à l'absence de son père et, en plus, joue les justiciers pour le compte de Cecil Stedman, directeur de l'Agence de Défense Globale. Ses missions l'éloignent régulièrement de ses proches et Amber, sa petite amie, commence à se poser des questions et le soupçonne même d'être devenu... un dealer !
La vie de super-héros a cependant des avantages, comme celui d'avoir le privilège de veiller sur l'équipage de la première navette à atteindre Mars. Mais pas le temps de se laisser aller à la contemplation des beautés de l'univers car les menaces ne tardent pas à s'accumuler. Entre un étudiant particulièrement doué mais très louche, un génie souhaitant synthétiser les connaissances de tous ses doubles venus de réalités alternatives ou encore les rêves de conquêtes, toujours actuels, des Viltrumites, Invincible aura de nombreuses occasion de prouver que son pseudo est justifié.

Après trois tomes parus chez Delcourt (cf cette chronique sur le début de la série), le titre super-héroïque de Robert Kirkman avait été suspendu faute de ventes suffisantes. La série d'Image revient aujourd'hui dans nos contrées avec un copieux tome #4. Outre le scénariste de The Walking Dead, l'on retrouve Ryan Ottley aux dessins.
Comme souvent avec Delcourt, un certain soin a été apporté à la présentation de la série. Le nouveau lecteur (ou ceux qui ont quelques difficultés de mémoire après tout ce temps) pourra bénéficier d'un résumé des albums précédents ainsi que de deux pages présentant brièvement tous les personnages. Elles ne sont pas exemptes de coquilles mais l'intention reste louable. Par contre, l'éditeur annonce que les épisodes #18 à #25 sont ici regroupés, or j'ai l'impression que cela s'arrête en fait au #24. Si un habitué de la série en VO pouvait lever mes doutes, ce serait sympathique.

Venons-en au contenu. Kirkman continue d'alterner scènes d'action et moments plus intimes. Le tout reste assez léger, parfois un peu parodique, même si des menaces plus sérieuses viennent apporter leur lot de violence très premier degré. Les fans des séries classiques pourront s'amuser à relever diverses références. L'on avait eu droit précédemment à un enquêteur lorgnant franchement vers le Rorschach des Watchmen, cette fois c'est à Nightwing et la ville de Gotham que les auteurs adressent un clin d'oeil.
Ce tome nous laisse tout de même une impression un peu mitigée. L'on ne retrouve ni l'humour (pas au même niveau en tout cas) ni l'émotion des premiers tomes. Certains détails ont également échappé à l'oeil du dessinateur. Au niveau du costume d'Invincible par exemple : il porte le classique jaune et bleu (déchiré) lorsqu'il arrive dans la chambre d'Amber. Deux pages plus loin, le haut de son costume est devenu uniformément bleu. Lorsqu'il repart, il est de nouveau jaune et bleu. Il va en chercher un nouveau, totalement bleu, mais lorsqu'il arrive au repaire d'Angstrom, c'est de nouveau l'ancien - jaune et bleu - qu'il porte. Le coloriste ne peut être tenu pour seul responsable puisque le design change légèrement selon les versions. Bon, ça n'a rien de dramatique bien sûr, mais cela dénote un certain manque d'attention.

Loin d'être le meilleur travail de Kirkman, cette série (dont le ton rappelle les Marvel Team-Up du même auteur) s'avère assez inégale et peine à renouer avec les bons moments des deux premiers opus. On trouvera en tout cas facilement plus abouti dans le même genre.