20 mai 2010

Ultimate Comics Avengers : Next Generation

Nouvelle série ce mois pour l'univers 1610 avec Ultimate Avengers. Millar, de nouveau aux commandes, est-il dans un de ces bons jours ?

Après le relaunch de Ultimate Spider-Man, ce sont maintenant les Avengers qui viennent renforcer la gamme Ultimate, totalement remaniée depuis les évènements de Ultimatum. C'est Mark Millar (Superman : Red Son, Kick-Ass, Wanted, 1985, Old Man Logan), déjà auteur d'une première excellente saison de Ultimates (et d'une deuxième plus discutable) qui s'atèle au titre, secondé au dessin par Carlos Pacheco.
L'histoire commence quelques semaines après l'attaque globale de Magneto, le monde se remettant à peine des catastrophes qui se sont abattues sur lui. Alors que Captain America et Hawkeye bottent les fesses d'un commando de l'AIM qui vient de cambrioler le Baxter Building des Fantastiques, Cap tombe nez à nez sur Crâne Rouge. Ce dernier lui fait une révélation qui va durement secouer le héros. A tel point qu'il finit par se retourner contre l'armée et son ancienne équipe.
Pour le contrer, l'on fait rapidement appel à Nick Fury, récemment revenu de son exil forcé. C'est l'homme de la situation. Pour mettre la main sur Cap, il va relancer le projet Vengeurs et faire appel au grand frère d'un certain Tony Stark...

Avec Millar, on ne sait jamais trop à quoi s'attendre, mais il faut reconnaître que ces deux premiers épisodes sont franchement réussis. L'auteur fait appel à des éléments qu'il avait évoqués lors de son run sur Ultimates, il dépeint un Crâne Rouge effrayant et assez différent de sa version classique et introduit le personnage - encore assez mystérieux pour l'instant - du docteur Stark, frangin du milliardaire porté sur la boisson et les filles.
L'histoire démarre en trombe, avec une révélation assez stupéfiante et plutôt bien trouvée. Tout à fait dans le style des barbouzeries et autres magouilles douteuses du SHIELD de cette réalité alternative, souvent plus nuancée que l'habituel 616.
Au niveau visuel, c'est un sans faute de Pacheco dont les dessins sont mis en valeur par l'encrage de Danny Miki et la colorisation de Justin Ponsor. Certaines scènes sont un pur régal pour les yeux, que ce soit au niveau de la variété des plans, de la richesse des décors ou du dynamisme de l'ensemble. Un style réaliste et moderne qui devrait emporter l'adhésion du plus grand nombre.

Après un Ultimate Spider-Man peu convaincant, ce nouveau titre redonne un peu d'air frais à un univers secondaire dont l'intérêt commençait sérieusement à s'émousser. Si Millar tient ce rythme pendant les deux saisons prévues (quatre arcs de six épisodes), l'on devrait avoir droit à quelques bons moments.
La suite en juillet pour, espérons-le, confirmer cette très bonne première impression.