05 février 2007

The Authority

On poursuit notre petit voyage à l'extérieur de l'univers Marvel avec la série The Authority dont 5 tomes sont parus en librairie dans la collection Semic Books.

Bien que ce ne soit pas du Marvel, vous allez voir, ça en a parfois l'apparence. Tout d'abord, l'on reste dans le domaine des super-héros. Ensuite, l'auteur* n'est autre que Mark Millar que l'on a pu voir sur Ultimate Fantastic Four ou Marvel Knights Spider-Man entre autres. Mais si The Authority a une ressemblance avec l'un des travaux marvelliens de Millar, c'est du côté de Ultimates qu'il faut la chercher. Les célèbres Vengeurs sont d'ailleurs clairement parodiés ici, en plus "trash", et composent une équipe secrète de surhumains dont se servent les Etats-Unis pour intervenir dans le monde lorsque leurs intérêts sont menacés. On pourra sans peine reconnaître Thor, Cap, la Guêpe, Iron Man, etc. Millar y va franchement et nous donne une vision jusqu'auboutiste de ce fameux groupe, quelque chose de plus négatif et personnel que son ébauche dans Ultimates en quelque sorte.

Il ne s'agit pourtant pas là des personnages principaux (les persos inspirés de l'univers Marvel sont plutôt les "salopards" dans l'histoire). Les véritables héros sont en fait Apollo, Midnighter, l'Ingénieur, Swift, le Docteur et Jack Hawksmoor qui forment The Authority, une organisation indépendante qui agit à sa guise contre les états qu'elle juge coupables de crimes. Leur philosophie est simple : pourquoi se contenter de combattre des menaces extraterrestres et des super-vilains pour ensuite laisser commettre des massacres par des gouvernements terriens ? Pour autant (et heureusement car on s'embarquait tout droit dans un politiquement correct nauséeux) les personnages ne sont pas entièrement caricaturaux et se permettent même des réflexions assez drôles, sur... les français notamment. Autre exemple, alors qu'ils viennent en aide à des réfugiés, on sent qu'ils n'ont pas trop envie de cohabiter avec. "Du moment qu'ils ont leurs propres toilettes..." dira l'un des super-héros.
Autrement dit, au final, tout le monde en prend pour son grade. Les Etats-Unis bien sûr (bah oui, c'est du Millar ;o)) mais même les bien-pensants qui veulent bien aider les "pauvres gens" mais surtout pas les fréquenter.

Visuellement (les dessins sont de Frank Quitely qui a notamment travaillé sur All Star Superman), c'est assez hard aussi. Membres tranchés, flaques de sang, on fait dans le massacre joyeusement assumé. Les dialogues sont excellents, souvent corrosifs ("les super-brutes dans notre genre ne sont pas là pour penser ni pour apprendre aux masses à quoi elles peuvent aspirer... nous sommes là pour leur montrer ce qu'elle se prendront dans la gueule si elles déconnent.") et drôles. Les références sont nombreuses et irrévérencieuses (les Batman et Superman de chez DC sont eux aussi égratignés sous la forme du Midnighter et d'Apollo qui sont d'ailleurs en couple !). On a droit également à une petite touche métaphysique avec Jenny Quantum, un nourrisson très convoité incarnant rien de moins que le XXIème siècle.
Voilà donc une série très bien écrite, passionnante et qui se sert avec intelligence des grands mythes super-héroïques pour moderniser et renouveler un concept pourtant déjà surdécliné depuis des décennies. A offrir (avec les Watchmen) à ceux qui en sont encore à "Quoi ? Tu lis des BD de super-héros ? Mais c'est pour les enfants non ?" ;o)

* le premier scénariste de la série était Warren Ellis mais le tome 1 VF commence avec le run de Millar, ce qui ne nuit nullement à la compréhension de l'histoire