16 février 2007

Dessine-moi une Sentinelle...

Non, je ne vais pas vous parler de Saint-Exupéry et de sa fameuse gourmette (quel manque de goût, retrouvera-t-on un jour la "moquette à mettre sur le manche à balai" de Roland Garros ou encore le "petit chien à l'arrière qui remue la tête" de Guynemer ?) mais de feu la série Sentinel parue en VF dans deux volumes Marvel Mini Monster.

Le scénariste est Sean McKeever, déjà responsable de La fabuleuse histoire de Mary Jane. Les dessins, eux, ont été réalisés par le studio Udon. Graphisme, encrage et colorisation sont donc l'oeuvre de Eric Vedder, Joe Vriens, Scott Hepburn, Sacha Heilig et Erik Ko. Pfiouu, ça fait du monde (un qui tient le crayon et les 4 autres qui bougent la table ? haaa, les amateurs de vannes Carambar se régalent hein ?). Le nom de leur studio étant également celui d'un plat de nouilles japonais (heu, ça c'est vrai, c'est pas une vanne), personne ne sera surpris si je dis que le style tend un peu vers le Manga.

L'histoire maintenant. Juston est un ado plutôt sympa mais persécuté par les abrutis de service de son lycée. Son petit frère et lui sont élevés par leur père. Ayant peu d'argent, ils passent leur temps à fabriquer de petits robots à partir de matériel de récupération (des petites saloperies inspirées de BattleBots, genre ça). Un jour, Juston trouve les restants d'une Sentinelle, ces fameux robots chasseur de mutants, dans son hangar. Il va alors avoir l'idée de s'en servir pour son propre compte.
Que dire ? La série est issue du label Tsunami regroupant des histoires abordables même par les non-spécialistes de la continuité. Le style graphique, l'histoire à base d'ados, tout cela nous donne un produit a priori destiné aux enfants mais qui n'est pas désagréable à lire pour les plus grands. McKeever ne révolutionne pas le genre (le coup du pov' jeune souffre-douleur rencontrant subitement une fille super-sympa, on le voyait un peu venir) mais il faut reconnaître qu'il est plutôt à l'aise avec ce genre de personnages. Il y a parfois de petits clins d'oeil fort réussis, par exemple pendant le crash d'un avion où l'un des passagers, partant se rabibocher avec sa femme, s'appelle John et ressemble curieusement à un certain Bruce Willis. Oui, vous l'avez deviné, il s'agit de John McClane de Die Hard. Il est très ressemblant d'ailleurs, ce qui n'était pas forcément évident avec un style très cartoony. Au final, tout cela est plutôt bien fichu. Il n'y a pas de suite pour le moment à ces douze épisodes mais qui sait si, un jour, une saison 2 ne sera pas mise en chantier ? Ce n'est en tout cas pas impossible.

ps : je vous signale la sortie du Marvel Icons HS en kiosque (dont je parlerai plus longuement dans les jours qui viennent) ainsi que l'ajout de Rogue dans les figurines Marvel (à gauche dans la section "Zoom").