10 janvier 2011

Dieu le Veut

L'on s'embarque pour le temps des Croisades avec Dieu le Veut, une nouvelle série éditée par Aelement Comics.

Janvier 1271. Argan, un moine-soldat membre de l'ordre des Hospitaliers de Saint-Jean, s'apprête à partir pour la Terre Sainte. Son maître lui a confié une épée nommée "Dieu le Veut". Cette arme semble avoir une importance particulière, mais Argan a d'autres préoccupations dans l'immédiat que de se soucier du mystère entourant sa lame. En effet, après une traversée mouvementée, il arrive enfin à destination : le Krak des Chevaliers, une immense forteresse dominant la plaine d'El-Bukeia.
Bras armé de l'Eglise, les Hospitaliers en assument la défense. Une tâche qui n'a rien d'évident puisque l'immense armée des sarrasins s'apprête à donner l'assaut contre ce poste avancé de la Chrétienté.
Il va donc falloir se battre contre un puissant ennemi, mais aussi appréhender les secrets de cet orient aussi séduisant que violent. Et peut-être découvrir également le but de factions rivales qui, dans l'ombre, se livrent à une subtile lutte d'influence...

Après Hoplitea et Ringhorn, Aelement lance un nouveau titre à l'ambition historique clairement revendiquée. L'auteur, Jean-Pierre Saggesi, qui signe scénario et dessins, est lui-même médiéviste et passionné par son sujet. Il explique notamment qu'au travers de diverses manifestations où il a endossé la tenue des Hospitaliers, il a pu souffrir sous la cotte de maille, sentir le poids du casque, la blessure des sangles de cuir, bref, s'investir même physiquement pour habiter son sujet de la meilleure manière possible.
Le thème abordé est des plus passionnants, non seulement parce qu'il se fonde sur des bases historiques, mais surtout parce qu'il s'intéresse à un Ordre méconnu, longtemps resté dans l'ombre des célèbres Templiers. Pour faciliter la compréhension de l'époque ou de certains termes, l'auteur a opté pour une façon de faire inattendue mais bien pensée : chaque planche est surplombée d'un petit texte d'une ou deux lignes qui, tout en s'intégrant parfaitement à la page, permet de distiller les informations sans noyer le lecteur sous une masse de définitions et de dates qui pourraient se révéler rébarbatives. Du coup, l'on apprend pas mal de choses sans jamais avoir l'impression d'assister à un cours.

Les dessins sont vraiment de très bonne facture et bénéficient d'un découpage inspiré et d'une jolie colorisation de Casp. Surtout, chaque personnage s'identifie aisément et possède une véritable "gueule" spécifique, ce qui n'est finalement pas si courant que ça et se doit donc d'être souligné.
Le récit part sur de très bonnes bases, même si, pour l'instant, l'on peut regretter, au moins pour le personnage principal, un manque d'épaisseur et de caractéristiques bien définies, voire de failles qui susciteraient l'empathie. Si les fondations de la saga sont bien posées (et de belle manière !), il reste à équilibrer le côté historique et épique par un petit soupçon de sueur, d'humanité, de gras en somme, qui donnerait un supplément de goût à une viande que l'on prend déjà un réel plaisir à déguster.
Ce premier épisode est complété par une interview et une postface de l'auteur, un sketchbook et un petit topo sur l'évolution à travers le temps de l'Ordre des Chevaliers de l'Hôpital. Des petits bonus appréciables et instructifs.

Une très belle surprise que ce comic au cadre original et à la mise en scène efficace.
La suite est attendue avec impatience.