08 janvier 2011

Siege : Conclusion et Conséquences

Début d'année mouvementé pour les héros Marvel avec le grand final de la saga Siege.
Attention, spoilers inside !

Siege aura été un event resserré et rapide mais qui apporte son lot de petits changements voire de gros bouleversements. Rappelons qu'au départ, Norman Osborn, manipulé par Loki, décide d'attaquer Asgard contre l'avis du président des Etats-Unis. Les Dark Avengers, le HAMMER et les hommes de Hood participent à l'assaut tandis que Thor et les siens sont rapidement épaulés par les New Avengers, Nick Fury, Iron Man et plus ou moins tous les encapés de bonne volonté qui attendaient depuis longtemps l'occasion de donner une leçon à l'ex Bouffon Vert.
Bien entendu, Osborn sort perdant de la confrontation, mais sa chute est loin d'être la seule conséquence notable de l'évènement.

Avec la défaite d'Osborn prend fin la période Dark Reign. Cette dernière n'aura finalement pas été aussi sombre que l'on pouvait s'y attendre, avec des héros rebelles qui ont traversé ces moments difficiles sans trop de dégâts. A la limite, Civil War avait réussi à imposer une ambiance bien plus dramatique (rappelons-nous certaines traques sans pitié, comme celle de Julia Carpenter (cf ce Monster) ou encore la séparation forcée du couple Cage/Jones). Ici la seule véritable - et double - victime aura été le Punisher, d'abord abattu par Daken (cf The List) puis ressuscité de manière assez ridicule en Franken-Castle.
Le rapprochement entre les anciennes factions qui s'étaient opposées pendant la guerre civile était également attendu. Même si les vannes de Tony Stark sont accueillies plutôt fraîchement, cette lutte commune aura permis de mettre un point final à Civil War. En effet, avec le retrait de la loi sur le recensement des surhumains, il ne reste plus rien de cette saga. L'abrogation de la loi pose d'ailleurs quelques problèmes de crédibilité. Tout d'abord, on a l'impression que c'est Rogers qui demande cette faveur au président, mais ce dernier n'a pas le pouvoir d'annuler une loi. Et même s'il le pouvait (ou imaginons qu'il y ait eu une grosse ellipse permettant au sénat de revenir sur sa décision), en quoi l'opinion publique serait plus favorable maintenant à un retour en arrière ? Surtout après l'invasion Skrull ou encore le drame survenu à Chicago et qui a été présenté comme un nouveau Stamford.
Dans les changements "politiques" survenus dans l'univers 616, l'on peut aussi noter l'arrivée de Steve Rogers au poste de "super-flic" précédemment détenu par Osborn. Il succède ainsi à Nick Fury, Maria Hill et Tony Stark. Bizarrement, Bucky continue donc d'endosser le rôle de Captain America.

Dans un registre moins joyeux, impossible de passer sous silence la mort de deux personnages importants. D'une part Loki, pour qui l'on ne se fait pas trop de souci vu son statut divin et sa place historique dans le marvelverse, d'autre part Sentry, dont la disparition se révèle bien plus inquiétante.
Après tout, Bob Reynolds n'est qu'un homme, et il se retrouve ici à l'état de squelette calciné que Thor va ensuite jeter dans le soleil. Normalement, il y a de quoi être déclaré cliniquement mort, parce que même pour nous la jouer Franken-Sentry, il faudrait encore pouvoir retrouver des morceaux à recoudre !
La disparition récente de son épouse (exécutée par Bullseye sur ordre de Norman Osborn) pourrait être un indice supplémentaire faisant pencher pour un règlement définitif du cas Sentry. Un peu dommage si c'est le cas, car ce personnage surpuissant et tourmenté avait su prendre une vraie place au sein du marvelverse et son potentiel était loin d'être déjà épuisé. Ceci dit, l'on a vu récemment qu'il pouvait se reconstituer quasiment à partir de rien et que même son épouse en venait à penser que l'origine de ses pouvoirs pouvait être de nature mystique. Le tirer des limbes de la Maison des Idées n'est donc pas techniquement totalement impossible...

Siege aura donc été fatal à certains mais la saga permet surtout le retour aux bases super-héroïques et la réconciliation de la communauté des surhumains. Bendis et Coipel auront livré un récit agréable, certes essentiellement orienté action, mais bien plus réussi dans le genre que World War Hulk.
L'on peut toutefois regretter l'éternel retour en arrière qui, avec la disparition du recensement, signe la fin d'une période certes sombre mais qui avait permis à l'univers Marvel de rentrer dans un âge adulte qui semble lui faire décidemment bien peur.