09 juillet 2007

White Tiger

Parmi les très nombreux personnages secondaires qui peuplent l’univers Marvel, il en est parfois certains qui marquent plus que d’autres et dont on garde un souvenir ému en attendant leur prochaine apparition, Angela Del Toro est l’un d’entre eux.

A priori, Angela, agent du FBI, n’a rien d’une héroïne encapée destinée à se balader au dessus des immeubles pour filer une trempe au premier criminel qui passe. Pourtant, lorsque l'on sait que son oncle n’est autre que Hector Ayala, aujourd’hui décédé et anciennement White Tiger, on commence à se dire que la jeune femme pourrait faire un digne successeur. C’est d’ailleurs ce qui arrive lorsque les fameuses amulettes du pouvoir(1), à l’origine des capacités du Tigre Blanc, lui tombent entre les mains.

A l’époque, elle enquête sur Matt Murdock et c’est vers lui qu’elle va se tourner pour lui faire part de ses interrogations. Car évidemment, endosser le rôle de son défunt oncle n’a rien d’évident pour elle. Et surtout, cela engendre une série de questions liées finalement à bien des carrières super-héroïques : pourquoi fait-on ça ? Pourquoi certains en arrivent à se déguiser et à risquer leur vie ?
Et lorsque l’on hérite d’amulettes augmentant force, agilité et endurance, que doit-on en faire ?

La première réponse viendra en haut du toit de l’église Sainte Catherine. C’est là que Daredevil donne rendez-vous à la jeune femme afin de la tester. Celle-ci, bien qu’effrayée, va avoir un premier aperçu du lot quotidien des Masques, et après l’escalade, c’est une petite baston à laquelle la chanceuse a droit. Chanceuse car, finalement, tout le monde ne peut pas se vanter d’avoir eu Daredevil comme coach.
La réponse finale viendra lorsque l’ancienne flic déjouera, seule, une tentative de cambriolage et se verra remercier par un commerçant terrorisé mais reconnaissant. Le Diable Rouge conclura de la plus belle manière qui soit : « Et voilà. Tu sais tout. L’habit est un symbole. Bon vent. »
L’indicible était contenu dans le « merci » de la victime. Un merci bien pâle, discret, fragile, mais contenant bien plus dans sa sobre émotion qu’un long et froid discours sur le pouvoir et les responsabilités.

Ces évènements sont relatés en VF dans le 100% Marvel Daredevil #11. White Tiger dispose également de sa propre mini-série (encore inédite en France), assez récente, écrite par Tamora Pierce et dessinée par Philippe Briones. Ces derniers temps, entre la récente Jessica Jones de Bendis, le retour en force de Ms. Marvel avec sa série régulière ou encore l'arrivée de Spider-Woman (et de ses origines réactualisées) chez les Vengeurs, les personnages féminins connaissent un certain succès. Espérons qu'il en soit également ainsi pour cette prometteuse féline. ;o)

(1) Ces amulettes, selon la légende, faisaient partie d’un tigre en jade sculpté dans l’ancienne cité de K’un Lun et furent données, par un puissant Senseï, à ses trois meilleurs élèves. Chaque possesseur d’amulette se trouvait ainsi investi des pouvoirs combinés des deux autres. Par la suite, Hector Ayala les trouva et apprit à contrôler leur pouvoir.