24 janvier 2008

Au Nom du Tigre

Angela Del Toro ne vous est pas tout à fait inconnue si vous lisez régulièrement la série Daredevil (ou si vous avez jeté un oeil, l'été dernier, à l'article consacré au Tigre Blanc), eh bien nous allons bientôt avoir de ses nouvelles grâce à la série White Tiger qui sort en VF (en 100% Marvel) le mois prochain.

Difficile pour Angela d'oublier son passé d'agent du FBI. Se balader en costume moulant ou quitter précipitamment les lieux d'un crime n'étaient pas précisément dans ses habitudes. Malgré tout, elle apprend les ficelles du métier. Elle a d'ailleurs fort à faire puisqu'elle va affronter le Lézard, le Cobra et la puissante organisation yakuza de Sano Orii.
Dans le Upper West Side, maintenant devenu son territoire, c'est certain, le joli matou aura de quoi se faire les griffes ! ;o)

Le scénario est signé Tamora Pierce et les dessins sont du frenchie Phil Briones. Pour les covers (dont l'illustration présente ici), les plus observateurs n'auront pas eu grand mal à reconnaître l'inimitable style de David Mack (dont je ne saurais trop vous conseiller le sublime Echo).
Bon, mais, qu'est-ce que ça donne tout ça au final ?
Ben... c'est plutôt pas mal. C'est même très bien écrit, on a l'impression qu'elle connaît son affaire notre amie Tamora, les personnages qu'elle utilise étant plutôt conformes à leur personnalité. Et elle puise allégrement dans le marvelverse puisque, même si l'on connaît peu White Tiger, l'on n'est pas du tout dépaysé en retrouvant, à ses côtés, Spider-Man, Luke Cage, Deadpool ou encore Daredevil (enfin, "un" Daredevil). Du coup, nous nous trouvons en terrain connu et on se laisse porter par cette héroïne belle, courageuse mais sans doute un peu effrayée de débarquer ainsi dans le monde des Masques, presque comme une intruse. L'utilisation de grandes figures, comme le Tisseur, devient alors assez habile car, si elles aident Angela à assumer son rôle dans l'histoire, elles permettent également de présenter, en douceur, la nouvelle venue au lecteur.
Visuellement, c'est assez joli, les dessins de Philippe Briones étant mis en valeur par une colorisation (de Chris Sotomayor) très chaude, particulièrement efficace "de nuit" ou dans les effets de lumière.

Un premier arc de 6 épisodes tout à fait réussi qui ancre bien le personnage dans le cercle des héros des "bas-fonds". A noter que l'histoire se déroule avant Civil War.
Sortie française le 14 février selon le calendrier paninien (fait de prévisions fluctuantes, de failles spatio-temporelles, de trous de ver et d'aberrations quantiques, comme chacun sait). ;o)